L’expulsion de ses occupants plonge le cinéma La Clef dans l’incertitude

©Tanguy Colon/Boxoffice Pro

[Mis à jour avec le communiqué du collectif] Home Cinéma a été expulsé ce matin des lieux qu’il occupait depuis septembre 2019 via La Clef Revival. Positionné pendant longtemps sur la reprise du cinéma, le Groupe SOS annonce ne pas renouveler la promesse d’achat qui le lie au propriétaire des murs.

Ce mardi 1er mars, aux environs de 6 heures du matin, plusieurs fourgons de CRS ont pris position devant la façade de La Clef, dans le Ve arrondissement parisien. Sous la menace concrète d’une expulsion depuis le 1er février, l’association La Clef Revival a donc effectivement été évacuée de l’établissement de deux salles qu’elle animait depuis l’automne 2019 sous l’appellation La Clef Revival.

En parallèle, Le Groupe SOS a publié un communiqué, indiquant qu’il « n’était pas chargé de l’expulsion » mais qu’il n’allait pas renouveler la promesse d’achat, signée fin 2020, qui le lie au comité social et économique des Caisses d’Epargne d’Ile-de-France, propriétaire de La Clef. Sollicité par des membres du collectif Home Cinéma à l’été 2020, le Groupe SOS explique leur avoir proposé « de construire à leurs côtés un cinéma associatif qui leur permettrait de conserver la programmation de La Clef en toute indépendance. Le collectif l’a refusé ». Ainsi, « force est de constater que nos multiples tentatives de construction d’un projet commun, aux côtés du collectif, n’ont pas abouti. Par conséquent, nous appelons chacun à prendre ses responsabilités. Nous ne renouvellerons pas la promesse d’achat qui nous lie au CSE des Caisses d’Epargne IDF en l’absence d’un climat apaisé ».

Le Groupe SOS précise qu’il pourra participer « à la construction du projet, à la condition qu’il soit un modèle de construction collective avec les acteurs publics (Ville de Paris, Région, État) et ceux du monde du cinéma qui souhaitent inventer l’avenir de ce lieu. Cette condition n’est pas aujourd’hui remplie. Dans un souci d’apaisement, nous permettons à ce projet d’être reconstruit avec tous les acteurs. Car malgré les attaques et les diffamations diverses, pour le Groupe SOS, la culture est indissociable du respect des autres ».

Ce revirement de situation du groupe conjugué à l’expulsion du collectif plonge, de fait, La Clef dans un avenir incertain. La Ville de Paris n’ayant, pour rappel, décidé de ne pas préempter les lieux, celui qui est considéré comme « le dernier cinéma associatif de la capitale » ne semble plus avoir son destin entre ses mains, laissant à son propriétaire la liberté de s’entendre avec un nouveau repreneur, au projet potentiellement plus lucratif.

[Ajout du 2 mars] En réponse à son expulsion, le collectif Home Cinéma a publié un communiqué décrivant le retrait du Groupe SOS comme « une victoire importante contre la marchandisation de la culture et la tentative de récupération d’un projet indépendant, dans la plus pure logique néolibérale ». Souhaitant toujours « acheter le bâtiment », le collectif explique « avoir le projet d’en faire un bien commun, un lieu réellement collectif et confié à ses usagers, grâce à nôtre fonds de dotation : Cinéma Revival ». Dans cette optique, il en appelle aux pouvoirs publics pour « exiger du propriétaire […] un dialogue qu’il nous a toujours refusés », précisant qu’il entend poursuivre ses actions pour défendre la Clef « et ce que ce cinéma représente depuis deux ans ».