Reprise du cinéma La Clef : le Groupe SOS répond aux attaques

©laclefrevival

Publiquement critiqué par de nombreux professionnels de la culture, dont les organisations comme la SRF, l’ACID et le SDI, le groupe SOS, repreneur de l’établissement historique du 5e arrondissement parisien, a publié un communiqué « pour en finir avec les contrevérités » concernant son projet.

Le voici reproduit en intégralité :  

« La reprise du Groupe SOS mène à la privatisation de La Clef » : faux.
La Clef n’a jamais été la propriété des pouvoirs publics. Ce cinéma appartient au Comité d’entreprise de la Caisse d’Epargne d’Ile-de-France depuis 30 ans, et la programmation a été assurée par différentes associations au fil du temps : toutes des structures de droit privé.
Le cinéma aurait pu faire l’objet d’un projet immobilier par un grand groupe lucratif. A contrario, une reprise par le Groupe SOS, acteur de l’économie sociale et solidaire, inscrira La Clef dans un projet associatif, non-lucratif, indépendant, culturel, sans actionnaire : c’est l’ADN du Groupe SOS depuis plus de 35 ans. Ce projet correspond aux revendications du collectif “Home Cinéma”, qui occupe illégalement La Clef, mentionnées sur leur pétition en ligne depuis plusieurs mois (sur change.org).

« La Clef sera privée de son autonomie » : faux.
Dès les premiers échanges avec le collectif « Home cinéma » (qui a sollicité le Groupe SOS dès août 2020), le Groupe SOS avait proposé au collectif la totale indépendance de sa direction artistique et de sa programmation : le collectif l’a refusé. Nous allons poursuivre notre travail pour sauver de manière durable, dans le respect de sa singularité, l’emblématique cinéma, et construire une programmation exigeante et collective. La Clef sera un cinéma d’art et d’essai, destiné à promouvoir le cinéma indépendant. Nous répétons ici que toutes les bonnes volontés seront les bienvenues, y compris avec les membres du collectif qui le souhaitent.

« Le Groupe SOS n’est pas un acteur culturel ‘’  : faux.
La branche Culture du Groupe SOS développe d’ores et déjà une politique dynamique en matière de culture et de cinéma, avec notamment la fabrique de cinéma Commune Image, lieu emblématique du cinéma indépendant à Saint-Ouen, ou le CRTH, structure culturelle créée en 1993, dont l’objet est de rendre la culture accessible aux personnes en situation de handicap. Ces dernières années, le Groupe SOS a également coproduit ou soutenu plusieurs films d’auteurs, dont les réalisations de Bouchera Azzouz (Meufs de Cité, au sujet de l‘immigration maghrébine), d’Ai Weiwei (Human Flow, sur la crise des migrants), ou de Nabil Ayouch (Razzia sur la quête de liberté dans les pays du Maghreb). A l’exigence artistique se mêle l’exigence sociale, au cœur des valeurs du Groupe SOS.

L’une des priorités de Groupe SOS Culture pour La Clef sera d’ailleurs de regagner le classement « Art et Essai » du cinéma.

À propos du Groupe SOS
Né il y a plus de 35 ans, au cœur des années sida, le Groupe SOS agit sur le terrain, pour répondre aux défis sociaux et environnementaux du monde actuel. Entreprise sociale sous forme associative, sans actionnaire, non-lucrative, les résultats du Groupe SOS sont 100% réinvestis pour créer ou pérenniser des innovations sociales et environnementales.
Nos équipes travaillent au sein des associations, entreprises et établissements qui composent le Groupe SOS : structures sociales et médico-sociales, hôpitaux et maisons de retraites non lucratives, ateliers et chantiers d’insertion, crèches, établissements culturels, associations au service de la transition écologique, entreprises conciliant économie et projet sociétal, épiceries solidaires et cafés multiservices dans des territoires isolés, ONG de solidarité internationale…

À propos de Groupe SOS Culture
Avec 12 structures et 700 personnes employées, la branche Culture du Groupe SOS soutient, préserve et favorise notamment l’accès à la création, à la pratique artistique et aux œuvres pour les publics les plus vulnérables. Les lieux de culture, lieux d’entrepreneuriat, et chantiers d’insertion du Groupe SOS Culture mutualisent leurs savoir-faire et leurs compétences pour l’intérêt général.

À lire aussi : Pas de préemption pour le cinéma parisien La Clef

Les News