Pas de préemption pour le cinéma parisien La Clef

©La clef revival

Jeudi 4 février, la Ville de Paris a écarté la possibilité de préempter l’établissement historique, occupé depuis plus d’un an par le collectif Home Cinéma, et qui s’apprête à tomber dans le giron du groupe SOS.

« Un message désastreux envoyé au monde de la culture. » C’est une réaction empreinte de colère et de tristesse qu’a formulée l’association Home Cinéma sur les réseaux sociaux hier, dans la foulée du conseil de Paris, qui a vu la Ville refuser de se porter acquéreur  du cinéma La Clef. « En choisissant de ne pas préempter, Anne Hidalgo et Carine Rolland s’opposent aux soutiens unanimes du monde du cinéma et de la culture, des habitant.e.s et spectateurs.rices, des élu.e.s politiques, de la légitimité donnée par la justice à Home Cinéma, et renient leurs propres vœux et promesses, abandonnant La Clef à la spéculation et à la marchandisation. »

Pour Carine Rolland, adjointe à la Culture, « nous avons toujours dit combien nous considérons l’activité de La Clef comme importante et qu’il fallait la maintenir mais pas n’importe comment ». L’élue a justifié le choix de ne pas préempter par des impossibilités juridiques et financières. « L’acheteur s’est engagé à maintenir l’activité cinématographique du lieu et est parfaitement disposé à préserver l’activité du collectif Home Cinéma. Si tel est le cas à l’avenir, nous ne pourrons que nous réjouir. C’est bien le collectif que nous souhaitons soutenir. Or si nous avions pu préempter, nous aurions été amenés à [le] mettre en concurrence alors qu’avec la solution offerte aujourd’hui par le groupe SOS, Home Cinéma a la possibilité de poursuivre son activité. »

©Tanguy Colon/Boxoffice Pro

Si la préemption du dernier cinéma associatif de la capitale, implanté dans le 5e arrondissement, est toujours possible d’ici le 19 février, « puisque elle est actuellement à l’étude par la SEMAEST, l’organisme compétent sur ce sujet », précise le collectif, l’espoir ne cesse de s’amenuiser. C’est le groupe SOS, spécialisé dans l’économie sociale et solidaire et dirigé par un proche d’Emmanuel Macron, qui devrait devenir propriétaire des lieux. En novembre 2020, il a signé une promesse de vente avec le comité social et économique de la Caisse d’Epargne Ile-de-France (CSE CEIDF), propriétaire des murs, pour un montant supérieur à quatre millions d’euros. Malgré les garanties sur l’indépendance de la direction artistique et de la programmation et sa « politique dynamique en matière de cinéma, liée à ses engagements en matière de soutien aux créateurs, avec notamment Commune Image, lieu emblématique du cinéma indépendant à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) », le groupe SOS n’a jamais trouvé grâce auprès de Home Cinéma. Le collectif, qui redoute que cette opération « de privatisation » annihile l’identité de La Clef, avait ainsi lancé de son côté une campagne de financement participatif afin de racheter les murs.

Le cinéma associatif de deux salles et 185 fauteuils a fermé ses portes en 2018, suite au souhait du propriétaire de vendre et une tentative infructueuse de reprise par d’anciens salariés. Il est occupé depuis le 21 septembre 2019 par l’association Home Cinéma qui a rebaptisé le cinéma La Clef Revival et y a organisé depuis projections et autres rencontres autour du cinéma libre et indépendant.

En dates :
1973
: Création du cinéma La Clef par Claude Franck-Furter.
1981 : La Clef est repris par le CESCEIDF
2010 : Rénovation des deux salles qui sont équipées en Dolby.
2015 : Le CESCEIDF fait part de son intention de vendre les murs.
Avril 2018 : La Clef baisse « définitivement » le rideau.
Juillet 2019 : Échec des discussions sur un projet de reprise entre le propriétaire et d’anciens salariés.
21 septembre 2019 : Le collectif Home Cinéma se met à occuper La Clef « de manière citoyenne et désintéressée », et y organise une première projection.
5 novembre 2019 : Première comparution devant la justice.
9 février 2020 : L’association Home Cinéma est officiellement expulsable.
21 septembre 2020 : Procès en appel.
Octobre 2020 : L’association lance un crowdfunding pour racheter les murs.
23 novembre 2020 : Signature d’une promesse de vente entre le CESCEIDF et le groupe SOS. Montant de l’opération : 4 millions d’euros.
4 février 2021 : La Ville de Paris écarte la préemption du cinéma.

Les News