Le cinéma La Clef ferme ses portes

©Brésil en Mouvements

Les portes du cinéma associatif du 5e arrondissement parisien se sont fermées à l’issue de la dernière séance, dimanche 15 avril.

Avant que nous disparaissions… C’est après la projection d’un film, de Kiyoshi Kurosawa, à l’écho cruel, que le cinéma a baissé le rideau dimanche 15 avril. Propriétaire des lieux, le comité d’entreprise de la Caisse d’Épargne d’Île-de-France (CECEIDF) cherche à vendre depuis 2 ans. Des pourparlers avaient été entamés avec Raphaël Vion, gérant du cinéma depuis 2010. Malgré un accord sur le prix et la négociation de certaines conditions, les discussions se sont arrêtées net.

Les salariés se sont alors rassemblés en Collectif à la Clef, et souhaitent racheter les murs pour faire vivre ce cinéma engagé, créé dans la lignée de mai 68 par Maurice Frankfurter. Repris par le CECEIDF en 1981, l’établissement était un des premiers à projeter du « black cinema », sous l’effigie « Images d’ailleurs ». « On veut s’inscrire dans cette ligne qui prône un cinéma peu diffusé », explique Sébastien Liatard, membre du collectif. « Mais on veut aussi faire de ce lieu plus qu’un simple espace de cinéma, en insistant sur la transmission et l’éducation à l’image. » Des salles de montage à destination de jeunes qui n’auraient pas accès aux écoles de cinéma ou des réunions publiques avec des acteurs et personnalités du milieu sont des axes du projet porté par le collectif.

Mais avant cela, il faut reprendre contact avec le CECEIDF. Des tractations qui impliquent avocat et expert comptable. « Le crowdfunding lancé servira à couvrir ces démarches administratives », indique Sébastien Liatard. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le Collectif à la Clef a déjà récolté 4 445 euros, sur les 10 000 espérés pour mener à bien le projet de réouverture d’un espace qui accueillait 50 000 spectateurs et programmait 300 films chaque année.

Les News