Cinémovida reprend un cinéma en Normandie

Le Select de Granville © Google Maps

Le groupe de Jacques Font a finalisé l’acquisition d’un complexe de trois écrans situé dans le département de La Manche.

La saison des transferts normands bat son plein. Après l’annonce de l’acquisition par Noé Cinémas et les Cinémas Reynaud de l’emblématique Morny de Deauville, c’est un autre établissement de la région qui a trouvé un repreneur. Vendredi 1er juillet, la Société nouvelle d’entreprise de spectacles (SNES), via Cinémovida, a racheté le fonds de commerce et les murs du Select de Granville, trois salles et 514 sièges. Le site était depuis 2016 détenu à 50 % par la SARL Les Carmélites (également propriétaire des Carmes d’Orléans), à 40 % par le distributeur Jour2Fête et à 10 % par cinq associés du complexe orléanais, Myriam Djebbour, Valérie Perrin, Pierre de Gardebosc, Xavier Croué et Michel Ferry, gérant des Carmélites. Réunis via la société Capa, ils avaient succédé à la famille Cadot, qui avait repris Le Select au début des années 1960. C’est désormais Jérémy Cacheux qui assure la direction de l’établissement, l’ensemble des employés en poste étant conservé.

« Pour reprendre le cinéma en 2016, nous avions sollicité un emprunt recouvrant la totalité du montant. Et avec la pandémie, le schéma économique établi a été complètement chamboulé, nous imposant un taux d’endettement trop élevé et quasi impossible à tenir sur la durée. Il était crucial pour nous d’assurer la pérennité du Select mais nous ne cherchions pas forcément à vendre. Aussi, lorsque Jacques Font est venu nous voir, la réflexion nous a conduits à accepter : nous aimions son travail et c’était le bon moment », raconte Michel Ferry. « Ces derniers mois, Les Carmes finançait les dettes du Select, donc il ne fallait pas se mettre en danger plus longtemps. Cette cession permet de concentrer nos efforts sur Orléans, dans un contexte toujours tendu pour les cinémas art et essai. » L’exploitant indique par ailleurs que les membres de Capa vont se réunir prochainement pour discuter des suites à donner à leur association.

Du côté de Cinémovida, cette opération marque une nouvelle étape : « C’est la reprise de la politique d’expansion du groupe. Nous avions été contraints de réduire la voilure les années passées mais cela fait 7, 8 mois que nous avions recommencé à prospecter », explique Antoine Font, directeur général du circuit. « Le cinéma de Granville rentrait dans nos cibles, les complexes de trois à cinq écrans étant ceux qui, actuellement, nous semblent les plus intéressants. L’avenir réside en les salles de proximité et nous sommes sans doute à la fin d’un modèle concernant les multiplexes. » Se laissant le temps de prendre ses marques au Select, Cinémovida n’exclut pas quelques travaux de rafraîchissement du hall et d’une partie de la façade. 

Ouvert en 1917 à quelques encablures du port, Le Select est, à l’époque, un ancien théâtre. En 1974 puis en 1977, deux nouvelles salles sont aménagées, l’une à la place du balcon, l’autre au sous-sol. En 2018, l’établissement, classé, décroche le label Jeune public ; l’année suivante, il totalise plus de 110 000 entrées. Il se situe dans un maillage relativement favorable, les premiers établissements alentours étant distants d’une trentaine de minutes en voiture : Le Cinéma de la Plage de Hauteville-sur-Mer, site associatif de deux écrans (41 000 tickets en 2019), le cinéma-théâtre de Villedieu-les-Poêles-Rouffigny, mono-écran associatif (23 000 spectateurs), et Le Star d’Avranches, complexe privé de trois salles (87 000 entrées). 

Avec cette acquisition, Cinémovida s’implante un peu plus en Normandie, le réseau de Jacques Font étant déjà associé, à parts égales, avec Jean-Fabrice Reynaud sur Le Cinémoviking de Saint-Lô (neuf salles), à 1h de Granville. Originaire du sud-ouest, le groupe exploite deux établissements à Perpignan en Occitanie : Le Castillet de sept écrans et Le Méga Castillet de 14 salles (qui va prochainement se doter du format premium Ice). Dans le nord-ouest de Paris, Cinémovida gère par ailleurs Les 7 Batignolles, site de sept écrans ouvert fin 2018. Pour rappel, le réseau avait cédé en février 2020 le multiplexe de Cholet à CGR ainsi que son projet – depuis enterré – de Maurepas. Désormais, le groupe de Jacques Font (co)exploite cinq cinémas pour 40 salles ; en 2021, il pointait au 13e rang des principaux exploitants tricolores en nombre d’entrées. Et dans sa stratégie d’expansion, le réseau reste à l’affût des opportunités et confirme être en discussions avancées sur la construction de deux projets.