UGC va reprendre un cinéma C2L

©Maps

La signature avec la Ville de Poissy d’un protocole garantissant l’avenir du cinéma laisse la voie libre à C2L pour la cession du site.

Vendredi 7 février, une nouvelle étape a été franchie concernant le futur du cinéma de Poissy (Yvelines). Marie-Laure Couderc, présidente de C2L, et la mairie ont ratifié un protocole qui assure l’avenir de l’établissement en centre-ville. Le site de cinq écrans bénéficiera ainsi d’une rénovation avec aménagement des salles aux normes PMR et transformation des lieux sous l’identité UGC et ce, sans fermeture du cinéma. À noter qu’un projet d’extension reste toujours d’actualité, la mairie laissant à disposition les 600m² de bureaux situés dans les étages du bâtiment. Pour rappel, le C2L de Poissy avait enregistré près de 182 000 entrées l’an passé.

Une reprise d’ici la fin du semestre

C’est la Société des cinémas de l’Ouest, détenue majoritairement par le circuit, qui assurera l’exploitation de l’établissement. « Il reste quelques détails administratifs à régler, mais la reprise devrait être effective d’ici la fin du premier semestre », confie Marie-Laure Couderc. En février 2019, la présidente de C2L avait informé la municipalité de sa volonté de céder le cinéma. Cette dernière avait alors annoncé à l’exploitante vouloir préempter le fonds de commerce, faute de garanties sur les conditions de transfert et d’exploitation du futur cinéma. La mairie craignait notamment pour l’avenir du site après l’annonce d’un projet de dix salles à Saint-Germain-en-Laye en remplacement du C2L local. Un temps évoqué, l’idée de déménager et d’agrandir le cinéma sur les hauteurs de Poissy a été abandonnée, la Ville ayant finalement obtenu les garanties souhaitées concernant la rénovation de l’établissement de centre-ville, après plusieurs réunions avec les différentes parties.

À lire aussi : Le Palace de Mulhouse change de mains

Après lui avoir cédé l’exploitation de neuf de ses douze sites, C2L poursuit donc son « partenariat » avec le groupe de Guy Verrecchia. Le réseau de Marie-Laure Couderc reste pour l’heure aux manettes du moderne Rexy à Provins (Seine-et-Marne) et du futur Vox à Rambouillet (Yvelines). De son côté, le deuxième exploitant français en nombre d’entrées consolide sa présence yvelinoise. Il comptabilisera désormais huit établissements et 72 salles dans le département avant l’ouverture de son multiplexe de neuf écrans à Plaisir dans les prochains mois.

Les News