Du dialogue mais pas de décision autour de la chronologie des médias

"Black Panther : Wakanda Forever" © Disney
"Black Panther : Wakanda Forever" © Disney

Pilotée par le Centre national du cinéma, la réunion rassemblant les organisations professionnelles, les studios et les plateformes a permis de poser les bases d’un dialogue constructif.

Sortira, sortira pas ? Si, pour l’heure, aucune décision n’a été prise par Disney concernant le maintien de la sortie salles de Black Panther : Wakanda Forever le 9 novembre prochain, l’optimisme semble être de mise du côté des professionnels. Les échanges sur la chronologie des médias, qui se sont déroulés ce matin au CNC, dans le cadre de sa clause de revoyure, se sont révélés constructifs, sans confrontation ni dissonance de part et d’autre. 

Selon nos informations, sur l’étanchéité de la fenêtre de diffusion des chaînes en clair – l’un des points critiqués par Disney –, les représentants des groupes TV ont réaffirmé leur souhait de bénéficier d’un délai protégé, tout en s’accordant pour ne pas bloquer l’ensemble de cette fenêtre. Un message bien reçu par le studio, ainsi que par les autres majors présentes, Warner Bros. et Paramount, dont les plateformes de streaming seront lancées en France dans les prochains mois. 

Chaque partie semble donc avoir fait un pas envers l’autre, mais le timing se resserre. Lors de la réunion, le CNC a ainsi indiqué qu’une prochaine réunion sera organisée fin novembre… soit après l’actuelle date de sortie de Black Panther 2. Les pouvoirs publics incitent, pour l’heure, aux discussions entre les parties concernées, et, à défaut, seraient prêts à prendre leurs responsabilités, martelant que la chronologie des médias ne doit pas bloquer l’accès du public aux films. Le Centre jouera le rôle de médiateur et de facilitateur afin d’éclaircir l’interprétation des textes concernant la fenêtre de co-exploitation entre les plateformes et les chaînes gratuites.

Un deuxième rendez-vous est déjà pris pour janvier 2023, afin de tirer les conclusions de l’ensemble des discussions. Parmi celles-ci a aussi été évoquée la dérogation pour la fenêtre salle, qui prévoit actuellement qu’un film ayant réalisé moins de 100 000 entrées puisse être disponible en vidéo trois mois (au lieu de quatre) après sa sortie au cinéma. 

Les News