Les cinémas pourront rouvrir le 19 mai

Le public en nombre à minuit pour la réouverture des 5 Caumartin (Paris) ©5 Caumartin

La date a été officialisée par Emmanuel Macron dans son interview à la presse régionale.

C’est désormais officiel : les salles de cinéma pourront reprendre leurs activités à compter du mercredi 19 mai, en même temps que les commerces non essentiels et les terrasses des bars et restaurants, sous réserve, toujours, de l’évolution de la situation sanitaire. Cette réouverture à l’échelle nationale de l’ensemble des salles s’accompagnera d’un couvre-feu repoussé à 21 heures, et qui devrait passer à 23h le 9 juin pour être totalement levé à partir du 30 juin. Reste à savoir si, sous le régime de couvre-feu, le ticket de cinéma pourra servir de justificatif à une sortie passée l’heure autorisée.

Les réouvertures pourraient toutefois être retardées ou adaptées dans les départements où le taux d’incidence serait durablement supérieur à 400 cas pour 100 000 habitants, a précisé le chef de l’État. Huit départements sont pour l’heure dans cette situation : les Bouches-du-Rhône, l’Oise, Paris, la Seine-et-Marne, l’Essonne, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val-d’Oise. En cas de taux d’incidences trop élevé, les préfets auront la possibilité de bloquer les réouvertures ou d’imposer des mesures de limitation à chacune de ces étapes.

Si aucune précision supplémentaire n’a été donnée en matière de nouvelles mesures sanitaires pour les cinémas, le plan de reprise d’activité prévoit une limitation à 800 personnes des rassemblements en intérieur. Selon les modalités auparavant évoquées par les professionnels, la hausse progressive des capacités d’accueil des salles devrait suivre les différentes dates du calendrier qui vient d’être révélé, la limitation de 35 % étant rehaussé à 65 % à partir du 9 juin avant de retrouver la pleine jauge le 30 juin. 

Les professionnels ont donc trois petites semaines pour se mettre en ordre de marche, avec le traumatisme de la mi-décembre sans doute encore en tête. La priorité sera bien sûr de connaître l’offre de films. Actuellement, les distributeurs discutent toujours autour du fameux calendrier concerté, dont les aboutissants sont attendus très rapidement. Une recommandation de la Médiatrice du Cinéma doit également être publiée dans les prochains jours, à l’instar de celles présentées en juin et décembre derniers