Le Maroc décidé à soutenir son industrie cinématographique

© Nicolas Vigier

Réuni fin octobre, le conseil d’administration du Centre cinématographique marocain (CCM) a accentué la volonté du gouvernement de soutenir et d’investir dans l’industrie cinématographique du pays, notamment dans le secteur de l’exploitation.

Ce soutien passera par une aide publique d’accompagnement à la numérisation, la modernisation et la construction de nouvelles salles, à l’heure même où Mégarama, CinéAtlas et bientôt Pathé visent l’expansion de leurs circuits dans le royaume.

La décision du CCM, sous l’égide de Mohamed Mehdi Bensaid, ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, intervient alors que les indicateurs de fréquentation tablent tous sur une reprise du secteur, qui a été à l’arrêt pour de nombreux mois entre 2020 (seulement 510 000 entrées réalisées) et 2021 (663 000 entrées). 2022, qui sera (normalement) la première année complète depuis 2019, battra sans doute les chiffres enregistrés juste avant le Covid (1,88 million d’entrées). D’après Khalid Saidi, directeur général par intérim du CCM, « on s’achemine vers d’excellents résultats avec, à fin septembre, 1,6 million d’entrées, soit 88 % des chiffres de 2019 », confiait-il à Médias24 ; et ce, sans compter les résultats de Black Adam (sorti le 19 octobre), de Black Panther : Wakanda Forever (9 novembre) et d’Avatar : La Voie de l’eau (14 décembre).

Bien que les multiplexes occupent une écrasante part de marché de l’exploitation marocaine – à elles seules, les 6 salles du circuit Megarama génèrent 82 % des entrées –, le CCM appuie la volonté du gouvernement de palier le désert cinématographique du pays en créant 150 salles de cinéma, au sein des maisons de la Culture. « N’ayant pas de but lucratif avec des tickets à moins de 30 dirhams, ce projet est une solution à moyen terme qui permettra de ramener le public marocain dans les salles sombres », indique Khalid Saidi.

Les News