CinéWest s’empare de trois cinémas Pathé Gaumont

Ciné Mazarin de Nevers

À compter de ce mardi 22 juin, le réseau de Daniel Taillandier reprend l’exploitation de trois anciens multiplexes CinéAlpes, passés dans le giron du circuit au coq fin 2019.

CinéWest s’étend dans l’est de la France. Le circuit, parmi les vingt plus gros exploitants français en termes d’entrées, a officialisé l’acquisition de deux nouveaux cinémas, Le Ciné Mazarin de Nevers (dix écrans) et Le Cristal d’Aurillac (sept salles), ainsi que la reprise de la délégation de service public de La Strada de Mouans-Sartoux (cinq écrans). Cette opération le renforce donc de 22 salles, 3 703 fauteuils et près de 940 000 entrées, lui permettant ainsi de doubler le nombre d’écrans de son réseau et sa fréquentation, lui qui gère déjà Le Galaxy à Châteaubernard (six salles), Le Lido de Royan (six écrans), L’Atlantic Ciné de Saintes (huit salles), Les Toiles du Moun à Mont-de-Marsan (quatre écrans) et Le Cinélac de Ploërmel (cinq salles). À noter par ailleurs que le réseau a fermé le Royal de Mont-de-Marsan en mai dernier. Avec 1,8 million de tickets potentiels, CinéWest se voit propulser aux portes du top 10 des circuits hexagonaux. 

À lire aussi : CinéWest se déploie en Bretagne

« Je tends vers la taille optimum de CinéWest, qui a vocation à être dans ce type de villes », commente Daniel Taillandier. « Je vais conserver l’identité de ces trois cinémas. Puis, au fur et à mesure que leur standing et leur offre seront conformes au réseau, j’y ajouterais le sigle My CinéWest. » Avec cette transaction, l’exploitant confirme ainsi sa position « intermédiaire entre les grands circuits et les plus petits réseaux ». Pour rappel, le groupe va également poursuivre son implantation dans le sud de la France, à Brignoles, où il a obtenu l’aval de la CDACi du Var pour la construction d’un complexe de six salles d’ici fin 2022.

Cette opération suit également une certaine logique chez Les Cinémas Pathé Gaumont, le principal exploitant français n’ayant jamais caché qu’il ne comptait pas conserver l’ensemble des établissements Ciné Alpes récupérés suite au rachat du groupe Davoine. La concrétisation de ces transactions va permettre au réseau au coq de se concentrer sur ses projets en cours : la transformation complète du Gaumont Capucines, dans le centre de Paris, qui deviendra le Pathé Palace et accueillera également le siège de la société. Mais aussi le multiplexe lillois signé Buren qui doit ouvrir d’ici fin 2022, ainsi que le basculement de l’ensemble des sites Gaumont sous enseigne Pathé.

Les News