Quels coûts de distribution pour les films français en 2019 ?

L'entrée de l'UGC Les Halles à Paris ©Tanguy Colon/Boxoffice Pro

Dans une récente étude, le CNC mesure les principales évolutions des postes de dépenses de distribution des films français en fonction du genre des films, de leur combinaison de sortie, de leurs entrées et de leur coût de production.

Grandement fragilisée par la crise actuelle, la distribution n’affichait déjà pas une dynamique très positive en période pré-pandémique, révèle l’étude du Centre. Le nombre de distributeurs ne cesse de diminuer depuis 2016, année où il avait atteint le plus haut niveau avec 165 sociétés référencées. En 2019, 142 structures ont participé à la sortie de 746 films inédits toutes nationalités confondues ; en baisse de 18,6 % en dix ans, elles sont 48 à avoir distribué les 183 films d’initiative française (FIF) agréés dans l’année. L’étude observe que les cinq plus importantes structures de distribution de FIF (en termes de frais d’édition) ont réalisé une part de marché (encaissements distributeur) de 70,3 %, en augmentation de 6,8 % par rapport à 2018, dont le détail est exposé dans le tableau ci-dessous.

20182019
DistributeurNombre de filmsfrais d’édition (%)part de marché (%)*DistributeurNombre de filmsfrais d’édition (%)part de marché (%)*
UGC1312,27,2Pathé1318,518,7
StudioCanal1111,714Gaumont1012,515,8
Mars1411,48,3UGC1111,119,1
Pathé71122,8SND78,411,1
SND111111,1Apollo107,35,6
Total des 5 premiers5657,363,5Total des 5 premiers5157,770,3

* En termes d’encaissements distributeur. Source : CNC.

Les coûts de distribution cumulés des 183 FIF agréés sortis en salles en 2019 s’élèvent à 81,4 M€ (-15,5 %), pour un nombre de films en baisse de 2,7 %. Le budget moyen de distribution s’élève à 445 000 € (-8,9 %), soit le plus faible niveau de la décennie. Les frais techniques et les dépenses en matériel publicitaire se réduisent, tandis que la part des achats d’espaces publicitaires poursuit sa progression, représentant près de 60 % des coûts de distribution.

Structure des coûts de distribution des films d’initiative française (%) :

Source : CNC

La promotion des films poursuit sa mutation entamée il y a une décennie. Ainsi, si l’affichage reste le premier média, avec 37,5 % des dépenses en achats d’espaces publicitaires, sa part diminue de plus de 15 points en dix ans. À l’inverse, les dépenses dans les salles de cinéma continuent leur progression (+81,9 % depuis 2010), avec le développement des bandes annonces payantes au détriment des gratuites. Internet est également en augmentation (+145,1 % depuis 2010), les distributeurs investissant de plus en plus dans les réseaux sociaux, qui permettent d’affiner le ciblage publicitaire à moindre coût. À noter que si la télévision reste pour l’heure un support de communication marginal (0,9 % des dépenses en 2019), l’autorisation, par le décret d’août 2020, de la publicité cinéma à la télévision devrait nécessairement changer la donne dans les années à venir.

Evolution de la répartition des achats d’espaces publicitaires (%) :

Source : CNC

L’analyse par genre révèle une forte disparité des coûts de distribution des FIF : 104 400 € en moyenne pour un documentaire, 423 300 € pour un film d’animation (soit 4,1 fois plus) et 521 800 € pour une fiction (soit 5 fois plus). Au sein des fictions, les comédies bénéficient de frais de sortie supérieurs de 1,5 fois à la moyenne avec 793 200 € par titre, alors que les drames présentent des frais d’éditions moyens de seulement 299 700 €. Enfin, en 2019, un film recommandé art et essai bénéficie en moyenne de 247 800 € de dépenses de distribution, soit 3,3 fois moins qu’un film non recommandé (820 600 €).

Structure des coûts de distribution des films d’initiative française selon le genre en 2019 (%) :

Source : CNC

Au cours de la décennie, les films d’initiative française ont été distribués en moyenne dans 188 cinémas en première semaine. La combinaison moyenne de leur sortie recule de 8,7 % en 2019 à 197 établissements en S1, après deux années consécutives de hausse. Pour le CNC, « ce niveau s’explique par la baisse de la part des films sortis dans 400 établissements ou plus en S1, notamment du fait de la sortie en salles de près de 750 films en 2019, provoquant sans doute un embouteillage et une moindre place pour les films plus intimistes ». À noter que les coûts de distribution progressent à mesure que le nombre de copies en première semaine augmente. En 2018, les films sortis dans moins de dix établissements présentent un coût de distribution moyen de 35 400 € et ceux sortis dans 100 à 199 cinémas un coût de distribution onze fois supérieur de 339 400 €. Pour les films sortis sur 400 copies ou plus, la moyenne du coût de distribution s’établit à 1,266 M€.


L’intégralité de l’étude est accessible ici.

Les News