Le nouveau Concorde de Nantes validé en CDACi

Le grand projet d’extension du cinéma indépendant nantais a été approuvé aujourd’hui par la CDACi de Loire-Atlantique.  

L’actuel Concorde, de 4 salles et 287 fauteuils, va donc se transformer en complexe de 7 salles et 778 fauteuils. Un projet de très longue date pour Sylvain Clochard, le directeur du cinéma art et essai, qui est aussi propriétaire des murs de l’actuel comme du futur Concorde. « Nous avons fait les premières acquisitions des bâtiments mitoyens en 2006. Depuis, nous avons réuni plus de 2 000 m² et développons le projet peu à peu, à la taille de ce que sont nos moyens », relate l’exploitant, qui se réjouit d’avoir la maîtrise foncière de son développement, « ce qui coûte de l’argent, mais qui est extrêmement sécurisant aujourdhui par rapport à des collègues qui doivent freiner leurs perspectives de développement ».

Le projet, conduit par l’Agence Drodelot Architectes, prévoit de construire les salles sur les nouvelles parcelles, ce qui permettra de ne pas fermer l’actuel cinéma pendant la durée du chantier. Les anciennes salles seront progressivement transférées sur le nouveau site, puis l’ensemble sera relié pour converger l’entrée principale, et constituer le nouveau Concorde. « Le budget de départ était de 5 millions d’euros, mais l’on sait que ce sera plus, en fonction de l’évolution du coût des matériaux, de l’énergie et de fonctionnement. »  

Si tout va bien, le permis de construire devrait être déposé début 2023. « Au 2e semestre, au mieux, nous commencerons la démolition du bâtiment acquis, puis les travaux vont se poursuivre sur près de trois ans », explique Sylvain Clochard, qui espère l’ouverture complète du nouveau lieu en 2026. Le Concorde est implanté dans un quartier dynamique des bords de Loire, « anciens faubourgs ouvriers nantais rattrapés par le cœur de ville, là où viennent s’installer les nouveaux arrivants ». Une raison de plus pour être confiant, l’exploitant soulignant que si sa fréquentation oscille entre moins 15 et 20 % par rapport aux années fastes, « chaque semaine, nous récupérons du public, et nous finirons l’année autour de 115 000 entrées ». Son ambition pour le nouveau Concorde, avec deux fois plus de fauteuils, est de doubler ces chiffres.

Les News