Elisabeth Borne nomme une nouvelle ministre de la Culture

© Lia Mancini/Panoramic/Bestimage

Rima Abdul Malak succède à Roselyne Bachelot rue de Valois.

[Mis à jour le 25 mai] Quelques jours après sa nomination, la ministre s’est rendue à Cannes où elle a rencontré les représentants de la filière cinéma, des auteurs aux industries techniques en passant par les distributeurs et exploitants. « Un échange très fructueux et constructif sur les mesures à mettre en place très rapidement, pour l’éducation aux cinémas et aux images, la lutte contre la piraterie et pour redonner au public l’envie de retourner en salle », a posté le président de la FNCF au sortir du déjeuner organisé le 24 mai. Discussion qualifiée de « riche » aussi du côté des distributeurs indépendants, par la voix d’Etienne Ollagnier du SDI. « Nous demandons, entre autres, un grand plan de relance pour la distribution (…). Au travail ensemble, en espérant des résultats rapides. »

Lors de la passation de pouvoir, Rima Abdul Malak s’est notamment déclarée déterminée à « amplifier le développement de notre cinéma, de nos industries créatives, à la fois en France, en Europe et à l’international » et à « défendre un audiovisuel public fort, pluraliste et indépendant, qui va continuer à s’adapter aux nouveaux usages et à cette révolution numérique qui ne cesse de s’accélérer ». Elle s’est dite aussi « résolue à [se] battre pour investir plus que jamais dans l’éducation artistique, l’encouragement des pratiques artistiques et le développement d’envies de culture de notre jeunesse »

[Article initial du 20 mai] Au sein du nouveau gouvernement qui vient d’être annoncé, c’est donc la conseillère culture et communication du président Emmanuel Macron, en poste depuis 2019, qui prend les rênes du ministère de la Culture. La jeune Franco-Libanaise avait aussi officié comme conseillère culture du maire de Paris Bertrand Delanoë entre 2012 et 2014, avant d’être nommée attachée culturelle à New York. Au début de sa carrière professionnelle et avant la politique, Rima Abdul Malak a dirigé de 2001 à 2006, les programmes de Clowns sans frontières puis le pôle musiques de Culturesfrance (actuel Institut français). 
À l’Élysée, elle s’est fait remarquer au début de la crise sanitaire en orchestrant la mise en œuvre de l’année blanche pour les intermittents du spectacle et sa contribution au plan « Mondes nouveaux » de commande publique dans le cadre du volet culture de France Relance en 2021. À noter que déjà son nom avait été cité pour la succession de Franck Riester en juillet 2020.

Dans ses missions à la Culture, Rima Abdul Malak sera amenée, entre autres, à travailler en étroite collaboration avec Pap Ndiaye, nommé ministre de l’Éducation nationale. L’historien officiait depuis le début de l’année en tant que président de la commission Images de la diversité du CNC.

Les News