Ciné Alpes s’implante à Tours-Nord

©MarionDelique

Le 14e complexe de la famille Davoine a été inauguré mercredi 3 octobre, au cœur du Forum Méliès de Tours, dans le nord de la ville. Cet établissement flambant neuf, propose pour la première fois en Europe la toute dernière technologie laser d’Imax et se veut offrir la meilleure expérience cinéma possible.

« Les premiers spectateurs étaient heureux, donc nous le sommes aussi.» Romain Davoine, directeur des opérations, se félicite d’avoir accueilli près de 170 personnes pour l’ouverture, concrétisation d’un projet réfléchi il y a plusieurs années. En 2011-2012, le groupe Davoine Ciné Alpes, essentiellement installé en Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne, jette son dévolu sur l’ancien dépôt de Métro à Tours, « ville comparable à celles où nous sommes déjà exploitants et qui possédait un bassin de population qui ne fréquentait pas ou peu les cinémas ». Malgré des obstacles qui ont retardé l’échéance, les travaux ont pu démarrer au printemps 2017 et s’achever à la fin de l’été, dans un futur quartier moderne de 12 hectares (dont 3 d’espaces verts) dédié à « la mobilité douce, à pied, en vélo reliant les différents centres de Tours Nord et les autres quartiers de la ville », précise le maire Christophe Bouchet lors de l’inauguration.

« Ces 6 années ont été longues et courtes », explique Line Davoine, la présidente du groupe. « On les a mises à profit pour faire évoluer le projet et chercher à toujours répondre au mieux aux attentes des spectateurs, s’adapter à leurs nouvelles pratiques, penser la relation du spectateur à son cinéma et au film et enfin, rechercher les dernières technologies. »

Ce sont ainsi 9 salles pour 1 804 fauteuils qui vont accueillir les spectateurs. Romain Davoine, le directeur opérationnel explique que « nous souhaitons donner aux gens envie de venir au cinéma, et contribuer à l’augmentation de la fréquentation cinématographique de Tours, autour de 1,6 millions d’entrées l’an passé. Nous espérons de notre côté atteindre 400 000 entrées annuelles. Donc, nous proposons un établissement pensé pour les spectateurs, moderne et technologique ». Line Davoine abonde : « Nous avons mis l’accent sur un confort comparable dans les 9 salles grâce à des proportions et des volumes qui favorisent l’immersion, à des fauteuils inclinés qui permettent de choisir sa position la plus confortable, à la digitalisation qui offre le placement, le préachat, l’information et la communication dans ses nouvelles formes. »

3e salle en Imax Laser au monde

Dans cette optique, Ciné Loire n’y va pas par quatre chemin. En choisissant Imax, le complexe offre au public une technologie inédite en Europe. « C’est la troisième salle au monde à posséder la dernière technologie de l’Imax Laser 4K. C’est une version 2 des projecteurs 4K que l’on peut trouver dans les salles Imax implantées en France. » Elle permet une meilleure résolution, avec des images plus nettes et plus brillantes, un meilleur contraste et une meilleure puissance lumineuse sur l’écran incurvé de 200m2. Couplé à un son encore plus immersif, « Imax utilisant la géométrie de la salle pour créer des sons inédits », l’ensemble fait son effet une fois assis dans l’un des 400 fauteuils inclinables électriques et gradinés de la salle premium. Le cinéma espère diffuser un nouveau film Imax toutes les deux semaines d’ici la fin de l’année. Il faudra compter un surplus de 5€ au tarif normal pour vivre cette expérience cinéma, soit 15,20€ et 11,60€ le matin. Dans les autres salles équipées de fauteuils en simili cuir rouges mécaniquement inclinables et dont la deuxième offre l’expérience sonore Dolby Atmos, la programmation sera généraliste et familiale, avec notamment 40 % de films français. Les billets pourront être réservées en ligne et numérotés, le spectateur pourra se laisser tenter par les différentes confiseries présentées dans le hall.

Des projets à la pelle

Au total, ce sont 20 millions d’euros qui ont été investis par le groupe Davoine pour son premier multiplexe en Centre-Val de Loire, dont 5 pour le parking silo attenant de 499 places. La place Méliès qui accueille le cinéma, au coeur du forum réservé aux piétons, a été inaugurée également le jour de l’ouverture par Icade, l’opérateur immobilier. Le Forum est desservi par le tramway et sera bientôt animé par des logements, trois restaurants, un hôtel, des boutiques, une maison de retraite et une crèche. 

Ciné Loire vient compléter un paysage cinématographique composé de deux complexes CGG Tours 2 Lions (965 000 entrées en 2017), Tours Centre (260 000) et le cinéma Art et Essai Studio (355 000). Ce sont ainsi 36 salles qui sont éparpillées dans la cité tourangelle. Avec cette ouverture, Ciné Alpes compte désormais 14 cinémas répartis dans l’Hexagone. Le premier multiplexe du groupe a vu le jour dans les années 70 à Grenoble, sous la houlette du grand-père de Romain Davoine, qui avait pris la suite de l’arrière grand-mère, fondatrice en 1938 du groupe. Ciné Alpes s’est ensuite développé dans les années 2000, avec les ouvertures de plusieurs complexes. Aujourd’hui, outre le nouveau multisalles de Tours, le groupe entend ouvrir deux salles premium Imax Laser au Ciné Dôme d’Aubière (Puy-de-Dôme) et au Ciné Cap Vert de Quétigny (Côte-d’Or). Deux autres multiplexes devraient également sortir de terre prochainement à Brest (5 salles) et Dijon (9 salles).

La défense de la salle plébiscitée

Des projets qui s’inscrivent dans une dynamique clairement affichée : « L’important c’est de défendre la salle, peu importe que l’on soit un mono écran ou un multiplexe, un gros distributeur ou un petit. La salle, c’est ce qui nous fait vivre, et quand nous la défendons, alors c’est bénéfique pour le spectateur », assure Romain Davoine. Pour lui, « l’industrie doit être solidaire. Nous sommes tous dans le même bateau ! Le but, c’est que les gens sortent et aillent au cinéma. C’est vrai pour le distributeur, pour l’exploitant, pour le producteur, et dans le nouveau cycle qui s’annonce, nous devons agir main dans la main. Il faut poursuivre la défense de l’expérience cinématographique pour continuer à découvrir des œuvres en salles ». Le message est passé.