Boxoffice Forum : Le rôle du « premium » dans l’avenir du cinéma

Salle ICE. ©CGR

Le colloque organisé par Boxoffice Pro avec le soutien du CNC, à l’occasion de la sortie du livre de Julien Marcel, “Hollywood, année zéro”, a rassemblé un impressionnant panel ce 8 octobre à Paris. Dirigeants de filiales françaises de studios, exploitants et fournisseurs étaient réunis pour une réflexion commune sur les défis du secteur dans le monde d’après-COVID. Retour, en plusieurs chapitres, sur une journée unique. Partie 2 : L’avenir de la salle à l’heure du format premium.

Dans un parc cinématographique mondial passé de 170 000 à 250 000 salles en cinq ans (+47 %), la croissance de 220 % des équipements premium, qui ont pour leur part fleuri de 2 000 à 6 400 salles, est pour le moins spectaculaire. La montée en gamme technologique est d’autant plus incontournable pour les cinémas que les spectateurs l’attendent aussi de la part des plateformes dans leur expérience à domicile, note Aurélie Hayon, senior marketing manager chez Dolby Laboratories. Avec pour preuve le succès des offres premium de Netflix ou Disney+, malgré leur surcoût : « Le public prêt à débourser plus pour le premium le sera aussi pour payer plus en salle ».

À lire aussi : Boxoffice Forum : Réflexions autour du retour du public jeune au cinéma

Aurélie Hayon (Dolby), Guillaume Thomine Desmazure (Ice Theater), Pierre Chican (Oma Cinémas) et Frédéric Moget (Paramount Pictures) lors de la table ronde consacrée aux salles premium, modérée par Jean-Marie Dura.

Une adhésion qui s’accompagne d’une fidélisation du public pour l’ensemble d’un établissement équipé d’une salle premium, comme en atteste la hausse de fréquentation générale de 6 % observée dans les complexes équipées d’un Dolby Cinema. Guillaume Thomine Desmazure, senior vice-président ventes mondiales de ICE Theaters, confirme que, dans les salles ICE, les tarifs comme le nombre de spectateurs montent de 50 %, « avec un taux de satisfaction de plus de 90 % ». 

À lire aussi : Boxoffice Forum : Le SFAC, l’ami américain qui aide au financement de la création française

Reste que le COVID a ralenti nombre d’investissements en matière de premiumisation. « Tous les projets en cours ont été mis en pause pendant la crise, mais aucun n’a été abandonné » chez Ice Theaters, qui a récemment officialisé un accord avec le groupe espagnol OCINE pour l’ouverture de deux salles ICE et qui se réjouit des nombreux très bons contacts pris lors de la récente édition de CineEurope à Barcelone. Et si on ajoute à tout cela le projet du nouveau concept Ōma Cinema présenté par son PDG et cofondateur Pierre Chican lors du Boxoffice Forum, avec l’ambition de proposer une expérience « à la fois, intimiste, spectaculaire et immersive » en plaçant chaque spectateur par petits groupes le long d’une paroi à forte inclinaison, on sait que le premium a de beaux jours devant lui.

Table ronde à revoir en intégralité ici.

Les News