96 millions d’entrées dans les cinémas en 2021

©Laurent-Ghesquiere

La fréquentation a augmenté de 47 % par rapport à 2020, d’après les chiffres du CNC.

Toujours en convalescence. Après un exercice 2020 très compliqué, l’année 2021 s’achève en ayant également été fortement impactée par le covid. Aux 65 millions de spectateurs de l’an passé, succède un bilan de 96 millions d’entrées, une progression de 47,4 %. En revanche, c’est en recul de plus de 55 % par rapport à l’année exceptionnelle qu’était 2019. Toutefois, le CNC note que sur la période du 1er juin au 31 décembre, 92,6 millions de tickets ont été vendus, soit une baisse limitée 23,2 % par rapport à la période similaire en 2019. La dynamique de reprise s’est accentuée en fin d’année puisqu’avec 20,43 millions d’entrées, le mois de décembre enregistre une fréquentation proche de la normale (22,68 millions en 2019, 21,5 millions en 2018), bien aidé par le phénomène Spider-Man.

À lire aussi | No Way Home devient le plus gros succès de l’année

« En cette fin d’année, nous pouvons nous réjouir d’une bonne dynamique de reprise dans nos salles, qui ont répondu présentes et se sont particulièrement bien adaptées à toutes les mesures prises pour endiguer la pandémie. En effet, malgré quatre mois et demi de fermeture et des mesures sanitaires contraignantes, la fréquentation atteint 96 millions d’entrées. Les spectateurs sont revenus dans les salles et ont découvert une offre riche et variée » déclare Dominique Boutonnat, président du CNC. 

En 2021, la part de marché des films français est de 40,8 %, représentant 39,2 millions d’entrées : c’est, après 2020, le meilleur niveau pour la production tricolore depuis 2012. Les films américains atteignent 42,4 % (40,8 millions de billets), le moins bon résultat après 2020, tandis que les titres d’autres nationalités cumulent 16,8 % de part de marché (16,1 millions de billets), leur meilleure performance depuis dix ans. Cette année, deux films dépassent quatre millions d’entrées (No Way Home et Mourir peut attendre), huit en réalisent plus de deux millions et 24 plus d’un million. Si le niveau est nettement plus élevé qu’en 2020, il reste largement moins important que celui observé avant la crise : 51 films à plus d’un million, en moyenne, chaque année et 22 à plus de deux millions.

Pour Dominique Boutonnat, « outre la très belle surprise d’avoir remporté la Palme d’or et le Lion d’or, cette année encore le cinéma français a proposé une offre de films diversifiée et de qualité, dont un certain nombre ont porté la fréquentation. Pour autant, nous restons attentifs à ce que tous les films puissent rencontrer leur public. Nous travaillons ainsi avec l’ensemble du secteur pour redéfinir une régulation concertée afin de préserver notre modèle de diversité. Ce travail devrait aboutir au cours du premier trimestre ». Enjeu essentiel puisque pour le première fois depuis au moins 25 ans, aucun distributeur indépendant n’a cumulé plus de deux millions d’entrées cette année, tout en accompagnant environ deux tiers des films sortis dans les salles.

À lire aussi | Le cri d’alarme de la distribution indépendante

De son côté, la FNCF se réjouit de cette dynamique qui démontre que les Français restent attachés au cinéma : « cela permet d’envisager les mois et les années qui viennent plus sereinement, malgré les évolutions de l’épidémie difficilement prévisibles. » Elle rappelle, comme l’a confirmé la dernière étude Pasteur-Comcor, « qu’aller au cinéma est bien une des activités les plus sûres et sans risque par rapport à la plupart des autres activités sociales ». Le soutien financier des pouvoirs publics ainsi que la solidarité et la confiance des producteurs et distributeurs permettent de renforcer un modèle français solide où l’expérience de la salle reste « irremplaçable ».

Pour Richard Patry, président de la FNCF, « dans un contexte de poursuite de la crise sanitaire et d’augmentation de la diffusion du film et des œuvres audiovisuelles sur tous les écrans, je remercie le public des salles de cinéma, de tous âges et de tous milieux sociaux, qui a réaffirmé cette année sa fidélité et son attachement au cinéma en salle, premier loisir culturel des Français, et premier pays du cinéma en Europe ! Grâce aux efforts des exploitants de salles de cinéma et des salariés de notre secteur, nous avons pu démontrer que les salles de cinéma faisaient partie des lieux les plus sûrs pour vivre l’expérience inégalable du film sur grand écran ! ».

Les News