Warner sortira son line-up 2021 simultanément en salles et sur HBO Max aux États-Unis

Dune © Warner Bros.

En annonçant qu’il rendrait la totalité de ses films prévus en 2021 simultanément disponibles sur sa plateforme de streaming, le studio devient le premier à abandonner temporairement l’exclusivité cinéma sur le territoire américain. 

On imaginait le cas Wonder Woman 1984 faire figure d’exception expérimentale, il n’est finalement que le premier d’une nouvelle série de séismes pour l’industrie cinématographique. Warner Bros. vient d’annoncer qu’il sortirait l’ensemble de son line-up 2021 sur le modèle du film de Patty Jenkins, proposé, sans frais supplémentaire, simultanément en salles et sur HBO Max le 25 décembre prochain. Parmi les 17 titres concernés, on retrouve notamment les très attendus Dune de Denis Villeneuve, Matrix 4 ou encore Suicide Squad, mais aussi Conjuring 3, Mortal Kombat et Space Jam – Nouvelle ère

Avec cette décision, Warner Bros. chamboule une fois encore la façon de distribuer un film outre-Atlantique et fait passer les récents accords de réduction d’exclusivité salle à 17 jours entre Universal et les circuits AMC, Cinemark et Cinemax comme de petits arrangements de pacotille. « Ce modèle hybride a été créé pour répondre stratégiquement à l’impact de la pandémie mondiale en cours, en particulier aux États-Unis », lit-on dans un communiqué officiel de Warner Bros. « Après une disponibilité d’un mois sur HBO Max au niveau national, chaque film quittera la plateforme et poursuivra sa carrière en salles aux États-Unis et dans les territoires internationaux, avec toutes les fenêtres de distribution habituelles. »

Un plan unique d’un an

Pour le seul studio américain qui a osé sortir un blockbuster depuis le début de la crise sanitaire, le nouveau modèle de diffusion « hybride »  salle/SVOD se veut donc circonscrit au territoire américain et à la période de pandémie. Et vient bien entendu aussi au crédit d’une stratégie de lancement agressive de Warner pour faire peser sa nouvelle plateforme streaming HBO Max qui souffrait d’un manque de visibilité depuis son lancement le 27 mai dernier. Fin septembre, la nouvelle plateforme, disponible uniquement aux États-Unis, comptabilisait toutefois déjà 28,7 millions d’abonnés.

« Les nouveaux films sont la pierre angulaire de l’exploitation cinématographique mais nous devons prendre en compte le fait que les salles américaines fonctionneront très certainement à capacité réduite tout au long de l’année 2021 », a expliqué Ann Sarnoff, CEO de Warner Bros. « Avec ce plan unique d’un an, nous pouvons soutenir nos partenaires dans l’exploitation avec plusieurs productions d’envergure, tout en permettant aux spectateurs, qui n’ont pas accès aux salles ou qui ne se sentent pas d’y retourner, de découvrir nos films. Nous voyons ce modèle hybride comme étant gagnant-gagnant pour les exploitants et les publics. »

Dans son optimisation économique circonstanciée, Jason Kilar, le CEO WarnerMedia projette par ailleurs un investissement marketing d’ampleur qui profitera aux salles, précisant que le nouveau modèle de diffusion simultanée ne sera pas appliqué dans les autres territoires européens et sud-américains où la plateforme sera lancée au courant de l’année prochaine.

Invité hier dans L’Emission Boxoffice Pro, avant cette annonce, Olivier Snanoudj pour Warner France a évoqué l’évolution inéluctable de ce « mouvement de fond ».

La gronde des exploitants

Cette annonce de Warner Bros. a fait réagir AMC, principal circuit américain avec 659 cinémas répartis sur le territoire. S’il avait compris et soutenu le cas Wonder Woman 1984, Adam Aaron, CEO d’AMC émet plusieurs réserves quant à la stratégie du studio pour 2021. « Il est clair que Warner Media a l’intention de sacrifier une part considérable de la rentabilité de sa division cinéma, et de celle de ses partenaires de production et de ses cinéastes, pour subventionner sa plateforme HBO Max. » Dévoilant avoir entamé un dialogue immédiat avec les dirigeants de Warner à ce sujet, Adam Aaron est bien décidé à ce que l’exploitation « ne fasse pas les frais » de cette nouvelle décision du studio.

À noter que l’annonce de Warner a provoqué une chute du cours des actions d’AMC (comme des autres circuits américains), alors que ce dernier venait d’entamer une recapitalisation boursière de 200 millions de dollars.