Une réouverture des cinémas envisagée pour la première moitié de décembre

©DR

Si aucune date n’a pour le moment été arrêtée, plusieurs scénarios sont étudiés par les pouvoirs publics et les professionnels, parmi lesquels une reprise de l’activité des salles courant décembre. 

Au cours d’une table ronde en ligne organisée ce mercredi 18 novembre par Comscore et Le Film Français, des professionnels de l’exploitation, de la distribution et l’acteur-réalisateur Tarek Boudali ont échangé sur la perspective qui semble se préciser d’une réouverture des salles le 9 ou le 16 décembre prochain. Beaucoup de questions demeurent quant à une limitation de la jauge, au maintien d’un couvre-feu et la possibilité ou non d’une séance du soir, mais le sujet est désormais sur la table.

Plus qu’une rumeur, « une discussion en cours » avec les pouvoirs publics, selon Aurélien Bosc, président des Cinémas Pathé Gaumont. Face à cette possible accélération du calendrier, Eva Letzgus insiste sur l’importance d’éviter de nouveaux « stop and go », d’un  faux-départ qui serait délétère pour le secteur  selon l’exploitante alsacienne. De son côté, Xavier Albert, le directeur général de Universal, se veut résolument  optimiste. « La France est de loin le pays où les spectateurs ont le plus envie de cinéma en salle et le moins peur d’y retourner ». Refusant le discours défaitiste de ceux qui pensent que les filiales de studios américains ont les mains liées, il rappelle qu’un grand nombre de films témoignent de la marge de manœuvre des filiales françaises sur les sorties hexagonales.

Enfin, autre contribution importante à la réflexion qui s’ouvre : Carole Scotta, co-présidente des Distributeurs indépendants réunis européens (DIRE) suggère une « semaine blanche », c’est-à-dire une première semaine de réouverture exclusivement consacrée à la continuation des films dont la carrière en salle a été interrompue. De l’avis de tous, il apparaît essentiel d’avoir la  visibilité la plus rapide possible pour permettre aux distributeurs de relancer la promotion de leurs titres. « Le gouvernement doit comprendre le cas très spécifique du marché cinématographique, qui ne peut pas reprendre du jour au lendemain », ajoute Carole Scotta, indiquant par ailleurs que les trois syndicats de distributeurs se réuniront ce vendredi pour harmoniser le calendrier des sorties. 

Si toutes ces informations restent encore à prendre au conditionnel dans l’attente d’annonces officielles du gouvernement qui sont attendues dans le courant de la semaine prochaine, les discussions autour de cette éventualité ne vont pas manquer de provoquer un regain soudain d’activité pour un secteur que le reconfinement avait, de l’avis général, plongé dans une certaine léthargie.

À lire aussi : Cinémas et théâtres même combat : pouvoir rouvrir en décembre, avec des séances le soir

Les News