Une nouvelle présidente pour la Commission art et essai du CNC

Angélique Delorme © Ministère de la culture/ Didier Plowy

À la veille de l’ouverture des Rencontres de l’AFCAE à La Rochelle, Angélique Delorme a été nommée présidente de la Commission chargée du classement art et essai.

Le président du CNC Dominique Boutonnat a nommé Angélique Delorme hier, le 24 août, en remplacement de Sophie-Justine Lieber, appelée à la direction du cabinet de la ministre de la Culture, pour présider la Commission qui examine les demandes de classement art et essai, dont elle était déjà vice-présidente depuis janvier 2019.

Diplômée d’HEC et ancienne élève de l’ENA, maître des requêtes au Conseil d’État, Angélique Delorme a été en 2018 conseillère en charge des questions européennes et internationales, de la francophonie et du patrimoine au cabinet de la ministre de la Culture Françoise Nyssen, puis, en avril 2019, directrice générale déléguée adjointe du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac.

Pour rappel, en cette année particulière, on ne sait pas encore quelle sera la procédure de classement des salles pour 2021. Deux options sont possibles : le prolongement du classement art et essai 2020 avec reconduction de la subvention, ou un calcul au prorata des neuf mois d’ouverture. Contrairement à la FNCF, l’AFCAE préconise de rester sur le calendrier initial, avec un nouvel examen des dossiers pour 2021. Son président nous expliquait en juin dernier que  « la période la plus compliquée à examiner est celle qui va du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021. Si l’on maintient le calendrier prévu pour le classement 2021, les commissions vont étudier la période qui finit le 30 juin 2020, qui aura été marquée, malgré les mois de fermeture, par l’excellent travail de 2019. » Pour François Aymé, un réexamen permettrait de valoriser « ce beau travail qui, avec un classement établi sur deux ans, sera la référence pour l’année suivante, celle de la très difficile reprise. Certes, avec cette hypothèse, nous renonçons à une avance de trésorerie précieuse : mais nous considérons que cette avance ne doit pas relever du dispositif art et essai, mais plutôt du plan d’urgence en général, pour tous les cinémas qui ont tous été fermés ».

Par ailleurs, l’AFCAE comme la FNCF demandent au CNC la suppression de l’écrêtement des primes art et essai, afin de mieux accompagner sur les années qui viennent la tendance structurelle au développement de l’art et essai. Réponses à La Rochelle ?

À lire aussi : Interview de François Aymé, président de l’AFCAE

Les News