Un médiateur du CNC pour moderniser les César

Alain Terzian, président de l'Académie.

L’Académie des César réfléchit à modifier ses statuts, avec l’aide d’un médiateur nommé par le CNC après la prochaine cérémonie.

L’Académie des arts et techniques du cinéma a diffusé un communiqué destiné à ouvrir la réflexion autour de la modernisation des César, peu de temps avant qu’une pétition contre le fonctionnement de l’Académie des César signée par 200 personnalités du cinéma a été publiée dans Le Monde.

Parmi les réflexions engagées, il est principalement question d’une volonté d’atteindre la parité « au sein du conseil d’administration, composé à ce jour de 21 membres, mais également au sein de son assemblée générale, composée de 47 membres. Pour entreprendre ces évolutions, les statuts fondateurs devront être modifiés en conséquence. » Le collège des votants, aujourd’hui composé de 35 % de femmes pour 65 % d’hommes, devrait également s’ouvrir. L’Académie appelle les professionnelles à « faire acte de candidature » pour rejoindre le collège ; dans le cas où un nombre insuffisant de femmes se présenteraient pour rétablir l’équilibre, « il sera alors proposé au Conseil d’Administration de faire évoluer les modalités d’admission ».

Pour aider à la mise en œuvre de ces avancées, l’Académie annonce saisir ce mardi le président du CNC Dominique Boutonnat afin de « nommer un médiateur en charge d’une profonde réforme des statuts et de la gouvernance de l’Académie ». Et dans ce contexte houleux, elle appelle à « un apaisement » afin que le déroulé de la 45e cérémonie des César, qui se tiendra le 28 février, « ne soit pas mis en danger ».

Les News