Outplay : Le Milieu de l’horizon et au-delà

Le Milieu de l'Horizon, de Delphine Lehericey, sur la voie des grands écrans ©Outplay

Malgré la fermeture des cinémas, le distributeur à la ligne éditoriale ciblée « art et essai LGBTQ+ » résiste avec un line up 2021 qui vient de se renforcer, mais souligne le besoin d’un soutien renforcé à la petite distribution indépendante, souvent exclue des dispositifs d’aide.

C’est en septembre prochain que Outplay Films compte sortir sa nouvelle acquisition helvetico-belge, produite par Entre Chien et Loup et Box Productions. Adapté du roman éponyme signé Roland Buti, Le Milieu de l’Horizon de Delphine Lehericey, avec Laetitia Casta et Clémence Poésy, fait le récit d’un éclatement familial sur fond d’un torride été 1976. Il s’ajoute à un line up déjà riche, mais qui a eu son lot de bouleversements au courant de l’année écoulée.

« Nous travaillons en général sur cinq sorties par an », explique Thibaut Fougères, fondateur et directeur général de la société qui n’a pu distribuer que deux titres en 2020. Initialement prévu au 18 mars, Madame de Stéphane Riethauser a finalement pu arriver sur les écrans le 26 août, « mais avec les demi jauges, beaucoup de salles encore fermées, cela a été compliqué de donner de la visibilité au film ». Même « blessure » pour La Première marche de Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray, sorti le 14 octobre, soit trois jours avant l’instauration du couvre-feu et à peine plus de quinze avant la refermeture des salles, alors qu’il bénéficiait d’un « superbe écho médiatique »  [le film est dans la course aux César, ndlr]. 

Si Madame a pu bénéficier de 4 000 euros d’aide du CNC dans le cadre du dispositif mis en place pour les sorties de l’été dernier, il s’agit du seul soutien dont Outplay Films a, pour l’heure, pu bénéficier. « Les films agréés ont accès au fonds de soutien majoré, mais pour les distributeurs de films étrangers, c’est compliqué », explique le directeur de Outplay qui évoque le manque à gagner autour de ses deux films sortis « en demi-teinte » ou tout simplement ses trois titres non sortis. Car bien avant l’engagement des campagnes publicitaires, le distributeur a engagé des frais d’acquisition, de sous-titrage, de conception d’affiches… « et autant de temps passé pour nos petites sociétés ». 

Après le calme, la tempête

Et « le pire reste à venir pour la distribution indépendante », selon Thibaut Fougères. « Si on compte l’ensemble des sorties reportées sur une année de dix ou onze mois, le marché ne va pas pouvoir absorber 40 films par semaine. Lorsque les salles vont rouvrir, ça va être la guerre », estime le responsable, conscient de la difficulté pour les structures indépendantes de son échelle de s’imposer face aux plus grandes. 

Reste alors pour Outplay l’option de la sortie directe en VOD, comme pour Fabulous, documentaire consacré au voguing, prévu en avril puis décembre 2020, « qui va encore faire quelques petits festivals, est très attendu par le milieu scolaire, mais qui n’aura pas de véritable sortie salle avec la bataille annoncée. » 
Un choix d’autant plus réfléchi que depuis le lancement de sa propre plateforme en avril 2020, Outplay VOD a vu ses ventes multipliées par dix et observe que ses titres, par ailleurs disponibles sur d’autres plateformes, ont une visibilité grâce au choix éditorial très ciblé du diffuseur. « Nos films ont une vie en VOD, même si ce n’est pas carrière à laquelle ils étaient destinés. » 

Le distributeur, adhérent du SDI*, a déjà alerté le CNC, réclamant des mesures exceptionnelles pour le pan de distribution indépendante qui n’a en outre pas accès à l’aide au programme. « Certes nous ne rentrons pas dans les cases du CNC, mais nous sommes des structures établies et tout à fait légitimes. Or il y a des distributeurs qui ne peuvent pas se verser de salaires depuis plusieurs mois, et certaines sociétés ont déjà disparu. » 
Malgré la situation des plus préoccupantes, Outplay Films est là, avec un line up « hyper motivant pour notre équipe comme pour le secteur, et que nous sommes fiers de défendre », conclut Thibaut Fougères.

Preuve en est les prochains rendez-vous donnés par le distributeur !

  • Avril 2021 : Noël et sa mère d’Arthur Dreyfus 
    L’exploration d’une relation mère-fils dans ses détails les plus tragiques, mais aussi les plus comiques, par l’écrivain Arthur Dreyfus.
  • Juin 2021 : Les Sentiers de l’oubli de Nicole Ruiz Bernavides
    Romance chilienne entre deux femmes d’âge mûr, dans la veine de Deux de Filippo Meneghetti et dont Outplay assure par ailleurs les ventes internationales.
  • Juillet 2021 : Moffie d’Oliver Hermanus
    Nouvelle réalisation du cinéaste sud-africain de Beauty, en sélection à Venise et Rotterdam, relatant l’initiation d’une jeune appelé sur le front au sud de l’Angola pour défendre le régime de l’apartheid dans les années 1980.
  • Septembre 2021 : Le Milieu de l’horizon de Delphine Lehericey 
    Voir début de l’article.
  • Octobre 2021 : Sous la peau de Robin Harsch
    Documentaire suisse consacré à la transidentité des adolescents.

*Syndicat des distributeurs indépendants

Les News