L’Institut Lumière renoue son rayonnement d’avant crise

Cérémonie d'ouverture du Festival Lumière 2022 à la Halle Tony Garnier à Lyon, le 15 octobre 2022. © Dominique Jacovides/Bestimage

L’institution lyonnaise présidée par Irène Jacob et dirigée par Thierry Frémaux fait état d’un bon cru 2022.

En 2022, le Festival Lumière a connu, avec 180 000 spectateurs comptabilisés, une édition à la hauteur des trois dernières années d’avant crise sanitaire. Mais si le rendez-vous d’octobre représente le plus fort temps médiatique, les séances de l’Institut Lumière mobilisent le public toute l’année, et sur toute la ville.

Entre le mono-écran du Hangar du Premier-Film – qui propose des classiques au rythme soutenu d’environ trois projections quotidiennes six jours sur sept –, les séances estivales de plein air et les ciné-concerts (en partenariat avec l’Auditorium de Lyon), les projections de l’Institut ont réuni 120 000 spectateurs sur l’année écoulée. Leur fréquentation affiche donc une belle stabilité, voire une légère hausse de 1 % par rapport à la moyenne des exercices 2017-2019.

De leur côté, les Cinémas Lumière Terreaux, Bellecour et Fourmi, soit 10 salles au total – reprises en 2015 et 2016 – ont eux aussi retrouvé « un niveau de fréquentation quasi comparable aux années précédant la crise sanitaire », se félicite l’Institut. En effet, la fréquentation cumulée des trois sites est de 212 000 spectateurs en 2022, soit en recul de seulement 6 %  par rapport à la moyenne de 2017-2019, là où, pour rappel, la baisse nationale se chiffre à 26 %.

À l’ensemble de ces séances peuvent aussi s’ajouter les dizaines de milliers de visiteurs accueillis dans le musée et les deux galeries d’exposition de l’Institut. À noter enfin que sa librairie du Premier-Film et son magasin DVD ont retrouvé un chiffre d’affaires équivalent à celui d’avant crise tandis que le Café Lumière connaissait, pour sa part, un record de 60 000 clients. Comme quoi, le verre avant ou après le film reste un éternel classique.

Les News