Les organisations professionnelles réclament un débat sur l’audiovisuel public

©INA

Dans une tribune publiée dans Le Monde le 18 juillet et mise en ligne sous forme de pétition, les organisations de l’audiovisuel et du cinéma en appellent à « une réelle concertation et à un débat commun » sur le financement et l’avenir du service public.

Alors que le projet de loi de finances rectificatives doit être débattu ce jeudi à l’Assemblée nationale, prévoyant notamment la suppression de la redevance audiovisuelle, l’intersyndicale de l’audiovisuel public et les organisations professionnelles du cinéma (dont l’ARP, le Blic, le Dire,le SDI, le SPI, la SRF…) alertent à nouveau dans leur pétition sur le danger que représente ce projet.
Malgré leurs propositions, et les conclusions de IGAC–IGF (Inspection générale des Affaires Culturelles et Inspection générale des Finances) qui a pointé un risque constitutionnel sur les nouveaux financements envisagés, les signataires estiment n’avoir été « pour l’instant ni écoutés ni entendus » par le gouvernement.

Rappelant que les entreprises de l’audiovisuel public « jouent un rôle essentiel de soutien à l’investigation, à la création et à la diffusion du cinéma, de la fiction, du documentaire, du film d’animation, du spectacle vivant et de la musique », les organisations réclament une réflexion approfondie, notamment sur l’indépendance et sur les enjeux de diversité culturelle et d’information.
« Aujourd’hui, au-delà de nos différences, nous, salarié·es, journalistes, autrices et auteurs, réalisatrices et réalisateurs, responsables de structures de production et de diffusion, refusons que le nécessaire débat sur l’audiovisuel public et son financement soit confisqué et escamoté au détour d’un projet de loi de finances rectificatives au cœur de l’été et au profit d’un tour de passe-passe budgétaire. » Ainsi les signataires exigent un « vaste débat public à la rentrée de septembre, plutôt qu’un passage en force en plein mois d’août ».

Les News