Les Cinémas de Bonneveine changent de mains

© Centre Commercial - Bonneveine

Depuis le 1er janvier 2024, l’historique cinéma de la famille Tarizzo, dans le 8e arrondissement de Marseille, a été repris par Xavier Orsel.

Les contacts amicaux entretenus depuis plus de 25 ans auront poussé Didier et Odile Tarizzo à faire confiance à l’ancien directeur général des Cinémas Pathé Gaumont désormais à la tête de Ciné Zéphyr, pour la reprise du complexe de 5 écrans et 806 fauteuils, conçu dans les années 1980 par le père de Didier Tarizzo. « Je ne me projetais pas exploitant à Marseille, mais au-delà de nos relations personnelles, il y avait une vraie cohérence à faire perdurer une exploitation traditionnelle dans un quartier dense, qui ne dispose pas d’autre cinéma », relate Xavier Orsel.

Sa priorité pour cet établissement « correctement conçu et très bien entretenu », jusqu’à présent programmé par Pathé dans une logique de groupe, est d’ouvrir de nouvelles perspectives éditoriales. Soit de continuer à attirer le grand public, « sans tourner le dos aux jeunes », mais en faisant aussi découvrir les films de la diversité. « De par son positionnement de cinéma populaire, il y avait un nombre conséquent de films d’auteur qui ne sortaient pas à Bonneveine. Maintenant, nous devons convaincre les distributeurs qu’il n’y a pas de raison qu’à Marseille, toute cette offre soit réservée aux cinémas du cœur de ville. » Pour autant, le nouvel exploitant ne vise aucunement un classement art et essai, les critères à remplir, pour les villes de catégorie A, étant incompatibles avec son ambition de répondre aux attentes de tous les spectateurs. Il s’agit d’acclimater le public à un nouveau type de programmation « qui, dans ce quartier sociologiquement favorisé, devrait très naturellement répondre à ses aspirations. Nous allons tester des choses, sans la prétention d’aller sur terres des Variétés. », soit le cinéma art et essai de La Canebière.

C’est après cette première phase d’observation que Xavier Orsel arbitrera les priorités d’investissements pour l’établissement qui réalise autour de 100 000 entrées annuelles. « Renouveler les fauteuils, améliorer le confort, renforcer les chaînes sonores, mettre de la 4DX ? Il faut savoir ce que le public attend pour savoir ce dont le cinéma a besoin. » Assurément, le nouvel exploitant des Cinémas Bonneveine s’est lancé dans cette aventure « sans logique spéculative, mais par amour du métier… et conscient de ses difficultés actuelles ». Mais aussi avec la conviction profonde de la nécessité sociale des cinémas et de « leur rôle dans le vivre-ensemble ». 

Pour rappel, Xavier Orsel exploite aussi, avec Ciné Zéphyr dont il est l’actionnaire principal, L’Alcazar d’Asnières en région parisienne – qui est devenu en octobre 2022 le premier cinéma au monde doté d’un écran Led LG – ainsi que La Rotonde à Étampes (Essonne) et le multiplexe Le Palace à Mulhouse (Haut-Rhin), qui vient d’achever la première phase d’une ambitieuse rénovation énergétique. Plus d’informations à venir dans le Boxoffice Pro du 14 février 2024.

À lire aussi │Pathé Cinémas a repris l’exploitation des 3 Palmes de Marseille

© Centre Commercial - Bonneveine
googletag.cmd.push(function() { googletag.display('div-gpt-ad-1553617519041-2'); });
googletag.cmd.push(function() { googletag.display('div-gpt-ad-1553617519041-1'); });

Les News