Le Grand Lux scintille aux Herbiers

©Moïse Maindron

Le nouveau complexe ouvre ce mercredi 8 décembre dans la commune vendéenne, deux ans après sa mise en chantier.

Ce n’est pas sans une certaine émotion que le Grand Écran, cinéma historique de la ville, a baissé le rideau à l’issue de son ultime séance, le 1er décembre dernier. Une “dernière” où les bénévoles de l’association gestionnaire, présidée par Moïse Maindron, ont diffusé des bandes annonces des films ayant réalisé le plus d’entrées dans ce mono écran depuis sa rénovation de 1998. Si un chapitre de plus de 30 ans vient donc de se terminer, le cinéma démarre une nouvelle page de son histoire et entre dans une tout autre dimension.

D’une salle, l’offre cinématographique est en effet passée à cinq écrans avec Le Grand Lux, qui a pris ses quartiers dans la zone commerciale de la Tibourgère. Conçu par le cabinet Trace Architectes, le bâtiment est paré d’une coque en alu marron et de larges baies vitrées qui abritent l’ancienne ferme historique, dont la charpente a été conservée et les murs enduits ; à l’intérieur, y a été aménagé un espace café. En outre, le reste du hall reprend les codes traditionnels : comptoir billetterie, coin confiserie. Viennent ensuite les cinq salles, de plain-pied, dont la capacité oscille entre 80 et 300 places pour un total de 771 sièges ; les premières rangées de chacune sont des fauteuils inclinables Kleslo, la salle 2 en étant intégralement équipée. Les deux grandes sont par ailleurs dotées du Dolby Atmos, portant à trois le total de salles en son immersif en Vendée. 5,5 M€ ont été déboursés pour ce dossier, dont 3,3 M€ pris en charge par la Ville et 2,2 M€ par l’association Grand Ecran, soutenue notamment par le CNC (355 000 €).

Cette ouverture anticipée le 8 décembre permettra aux 70 bénévoles de prendre en main leur nouvel outil, les premières séances n’étant proposées au public qu’en soirée. À partir du 18 décembre – date initiale de l’ouverture –, le Grand Lux prendra petit à petit son rythme de croisière, avec des projections dès 14h, à raison d’une grosse centaine par semaine contre une quinzaine dans l’ancien site. La programmation sera aussi bien généraliste qu’art et essai, avec un objectif de classement et les différents dispositifs scolaires seront accueillis dans l’établissement. Il est dirigé par Rodolphe Merlet, bénévole historique de l’association Grand Écran et qui a également fait ses armes au Cinéville de La Roche-sur-Yon. Aux Herbiers, ce nouvel écrin visait 120 000 entrées annuelles dans son étude pré-Covid, contre quelque 60 000 tickets pour l’ancien mono écran. Un objectif atteignable au regard de l’environnement concurrentiel : premier gros multiplexe à proximité, le CGR de Cholet, se trouve à plus de 25 minutes en voiture.

Focus complet à retrouver dans le Boxoffice Pro n°410 du 15 décembre 2021.

Les News