Le cinéma en salles fait du bien au moral !

©Médiamétrie

Ils sont neuf Français sur dix à le penser selon la nouvelle étude Médiamétrie, qui montre que les spectateurs comptent même intensifier leurs habitudes de fréquentation des salles obscures.

La société de mesure d’audience et d’étude des usages a interrogé 1 021 internautes de plus de 15 ans. Si le cinéma est synonyme de détente et d’évasion pour respectivement 93 % et 92 % d’entre eux, 90 % estiment qu’il est tout simplement bon pour le moral, et les 15-24 ans sont 98 % à le penser ; un luxe qu’on aurait tort de se refuser en ces temps troublés ! 

Le cinéma arrive ainsi en tête des sorties culturelles les plus attendues, près de 8 personnes interrogées sur 10 déclarant avoir envie d’y retourner. Ici, ce sont les 35-49 ans qui se démarquent puisqu’ils sont 85 % à exprimer leur enthousiasme. 

 « Ces résultats témoignent du goût fort, permanent et ancré du public pour la sortie au cinéma et l’expérience unique qu’elle représente », rappelle Marine Boulanger. Selon la directrice du pôle cinéma de Médiamétrie, « Cette envie, signe d’un retour à une vie normale, correspond à des besoins profonds des Français, encore plus marqués après une année de crise sanitaire ».

Reprendre voire intensifier les habitudes de fréquentation 

Au-delà des 73 % de Français qui ont l’intention de fréquenter les salles aussi souvent qu’avant, on peut aussi compter sur 12 % qui prévoit de s’y rendre encore plus souvent qu’avant, « pour rattraper le temps perdu ou davantage goûter un plaisir dont ils ont été privés » ; une tendance d’autant plus marquée chez les spectateurs habitués* (44 %), les 15-24 ans (24 %) et les femmes (14 %).

Envie d’aventure, de rires, de frissons…

En ce qui concerne la typologie des films, plus de la moitié (57 %) déclarent vouloir voir en premier lieu des films d’action et d’aventure. La comédie française est aussi en bonne place pour 51 % des Français – et même 67 % des 65 ans et plus ! Plus inattendu, près d’un spectateur sur 2 (47 %) est en demande de policiers et thrillers, soit un intérêt plus élevé que d’habitude (il est même de 56 % chez les 65 ans et plus), qui « peut être lié à la forte consommation de ce genre sur les “petits écrans” pendant la fermeture des salles »,  commente Médiamétrie. 

*Sont considérés comme spectateurs habitués ceux qui vont au cinéma une fois par mois minimum.