Le cinéma de Sainte-Foy-la-Grande s’agrandit

©Archistudio

Après plus d’un an de travaux, l’établissement basé en Gironde ouvre deux écrans supplémentaires ce mercredi 6 novembre. La salle historique va de son côté être modernisée pour une réouverture attendue en mars 2020.

Changement de dimension pour La Brèche, mono-écran implanté au cœur de Sainte-Foy-la-Grande. Près de quarante ans après son inauguration, le site bénéficie d’une rénovation d’envergure démarrée en septembre 2018. La première phase dédiée à l’extension s’achève ce mercredi 6 novembre avec l’ouverture de deux salles (140 et 80 places) supplémentaires. La seconde a débuté le 14 octobre avec la fermeture de la salle historique (400 fauteuils), qui va subir un lifting de printemps et une réduction pratiquement de moitié de sa capacité. « Cette salle était trop grande et inadéquat pour une commune comme Sainte-Foy-la-Grande, explique Youen Bernard, président d’Artec qui a obtenu la DSP en juin 2018. Passer à trois écrans et 500 places en mars 2020 rend l’offre cinématographique plus adaptée à son marché. » Masquée par une grande salle polyvalente, l’entrée du cinéma va être repensée pour s’orienter vers le centre-ville.

Arborant chacune un camaïeu différent, les trois salles porteront,
au printemps, la capacité du cinéma à 500 places. ©DR

Une extension à l’étude depuis 2001

À son ouverture au début des années 1980, La Brèche était la propriété de la Ville, qui a délégué la gestion tantôt au privé, tantôt à une association de spectateurs. En 2001, le directeur d’alors, Jean-Michel Mezuret, initie une étude de marché sur la faisabilité d’une extension. Le site est ensuite repris par la communauté de communes du pays Foyen (CCPF), qui souhaite en faire davantage un lieu intercommunal dans une zone délaissée en cinémas. Alors que se concrétise le projet d’agrandissement (pour un montant avoisinant les 2,6 millions d’euros), la CCPF lance il y a trois ans un appel à candidature pour la DSP du cinéma ; laquelle est décrochée par Artec, société gérant 15 établissements en Gironde et dont les locaux se trouvent dans la récente Villa Monciné à Saint-André-de-Cubzac. « Ce département étant notre cœur de cible, c’était évident pour nous de postuler dans notre objectif de développement. Par ailleurs, notre décision a été motivée par le fait d’exploiter un multi-écrans, gage d’une meilleure rentabilité. » 

Le hall d’entrée sera orienter vers le centre-ville. ©Archistudio

Un objectif de 100 000 entrées

Artec souhaite inscrire La Brèche dans la continuité de sa ligne développée dans le département : mixité de la programmation, ateliers d’éducation à l’image, événements hors cinéma. L’exploitant entend également contribuer à la dynamique intercommunale via des collaborations avec des associations et acteurs de la région. Pour l’inauguration ce mercredi soir, avec entre autres avec la projection en avant-première d’Une belle équipe de Mohamed Hamidi (daté au 15/01 chez Gaumont), quelque 2 000 personnes sont attendues. « Ces derniers temps, La Brèche totalisait 25 à 30 000 tickets annuels, précise Youen Bernard. L’étude indique que l’équilibre économique serait atteint avec 70 000 entrées. Une fois que le cinéma sera entièrement opérationnel, nous visons les 100 000 spectateurs. »

Les News