Le bilan 2019 des films français à l’étranger

©Pathé

Unifrance vient de dévoiler son rapport concernant la place des films français dans le monde.

40,5 millions : c’est le nombre provisoire des entrées réalisées par les films français à l’étranger en 2019 selon Unifrance, un chiffre en légère hausse (+1,25 %) par rapport à l’année précédente. Au total, 244,4 millions d’euros de recettes sont estimées sur l’année (+3,12 %).

Anna de Luc Besson est le film français le plus vu hors de nos frontières mais il réalise bien moins d’entrées que les autres longs-métrages du réalisateur (4,35 millions d’entrées sur 70 territoires). Il est suivi de près par Mia et le lion blanc (4,25 millions d’entrées), Qu’est-ce qu’on a (encore) fait au bon Dieu ? (3,3 millions d’entrées et meilleur démarrage d’un film français à l’international), Astérix et le Secret de la potion magique (3,13 millions d’entrées) et Minuscule 2 (1,07 million d’entrées). Si les comédies continuent de dominer les entrées (31,7 %), les thrillers et films d’aventures ainsi que les films d’animation explosent leurs performances, représentant respectivement 10 millions (trois fois plus qu’en 2018) et 5,59 millions d’entrées (+81,7 %).

L’Europe, premier marché pour la France

Si les productions majoritairement françaises représentent 34,4 millions d’entrées et font un bond de 32,9 % par rapport à l’exercice 2018, les films en langue française accusent le coup et enregistrent leur plus mauvais résultat depuis 2010, avec moins de 25 millions de billets vendus (-2,43 %). On note toutefois qu’au moins 721 films français ont été exploités dans les salles étrangères, soit 8,42 % de plus par rapport à 2018, même si les films du milieu ont plus de mal à attirer les spectateurs (14 films en moins dépassent les 100 000 entrées). L’Italie reste le premier public pour les films français territoire en nombre de spectateurs (4,34 millions, +10 %) pour les films français en 2019, devant l’Allemagne (3,91 millions, +31 %) et l’Espagne (3,34 millions, +11 %) ; de manière globale, c’est en Europe que les films français marchent le mieux, le Vieux Continent représentant 65,3 % des 40,5 millions d’entrées contre une baisse moyenne de 25 % de la fréquentation ailleurs dans le monde. Les scores en Chine sont ainsi décevants, malgré un record de onze films en langue française proposés : ils n’ont attiré qu’un million de spectateurs dans les cinémas du pays, le plus faible résultat jamais enregistré.