L’AFCAE prépare ses Rencontres nationales et travaille à un plan d’aide à l’exploitation et à la distribution

L'assemblée générale de l'AFCAE à Cannes en 2019.

L’Association française des cinémas art et essai a communiqué aujourd’hui sa décision de maintenir les Rencontres nationales et son AG, traditionnellement organisées en amont du Festival de Cannes, dans une dizaine de lieux à travers la France. Elle émettra aussi ses propositions pour une aide aux salles et aux distributeurs. 

Alors qu’il aurait dû se tenir cette semaine à Cannes, le grand rendez-vous annuel des salles art et essai aura bien lieu, physiquement, à Paris et en régions. Les dates de ces Rencontres 2020 seront annoncées après le conseil d’administration de l’AFCAE du 5 juin prochain, dès que l’on en saura plus sur la deuxième phase du déconfinement. « Nous attendons de connaître les conditions sanitaires et les règles qui seront fixées à la réouverture des salles, pour organiser concrètement ces rencontres, si possible avant la fin de l’été », précise Renaud Laville, délégué général de l’association. 

Les Rencontres art et essai se dérouleront donc dans plusieurs lieux à travers le territoire. Elles permettront, d’abord, de tenir l’assemblée générale de l’association. « L’idée est de réunir les exploitants de façon simultanée dans une dizaine de salles, adhérentes et volontaires, qui seront rémunérées pour leur accueil. L’AG se tiendra physiquement à partir d’un lieu principal avec retransmission dans les autres salles, avec un référent AFCAE dans chacune d’entre elles. » Et comme cela se fait chaque année à Cannes, les Rencontres seront l’occasion de proposer une sélection d’une dizaine de films en avant-première… et sur grand écran !

L’inscription des films est ouverte dès maintenant auprès des distributeurs et l’AFCAE va entamer des discussions avec les différentes sections cannoises. « Rien n’est encore décidé à ce jour, mais il serait cohérent que l’on puisse aussi montrer, exceptionnellement, des films de la Sélection officielle, Thierry Frémaux ayant déclaré qu’il souhaitait soutenir les salles », estime Renaud Laville.

L’AFCAE avait lancé l’an dernier, au moment du Festival de Cannes, le Prix des cinémas art et essai, qui avait été décerné à Parasite. Le Prix 2020 sera attribué à l’issue des Rencontres nationales, par un vote des exploitants adhérents à l’AFCAE, qui représentent plus de la moitié des établissements français. Par ailleurs, l’AFCAE indique dans son communiqué avoir entendu l’annonce du ministre de la Culture d’un plan d’aide à l’exploitation et annonce qu’elle transmettra aux pouvoirs publics ses propositions pour, « à court terme, aider les salles à passer le cap d’une réouverture périlleuse et, à moyen terme, créer des mesures pour assurer la pérennité des cinémas, dont un grand nombre connaîtront des difficultés économiques sans précédent ». Mais il est aussi primordial, souligne Renaud Laville, de demander « aussi un plan ambitieux pour aider et inciter les distributeurs, dans la période compliquée de la réouverture, à sortir des films en salle ». 

Après les décisions de plusieurs d’entre eux de sortir des films directement en SVOD, comme le cas de Pinocchio auquel François Aymé, président de l’AFCAE, avait publiquement réagi ou hier encore l’annonce de la sortie VOD de Nuestras Madres, projeté l’an dernier aux Rencontres art et essai de Cannes avant de recevoir la Caméra d’or, les salles art et essai peuvent en effet craindre de manquer de films au moment de la reprise. L’AFCAE rappelle que « si les cinémas se sont engagés à reprogrammer les films dont la carrière s’est interrompue en mars dernier, elles auront besoin d’une offre diversifiée de nouveautés afin de réamorcer la fréquentation ». Elle demande ainsi une aide spécifiquement dédiée aux distributeurs qui accompagneront ce temps de réouverture des cinémas.

Les News