L’Acid, la SRF et L’Arp soutiennent le cinéma argentin

Los Delincuentes de l'Argentin Rodrigo Moreno, sortira en France le 24 mars 2024 ©Arizona Distribution / JHR Films

Face aux projets de dérégulation du gouvernement Javier Milei dans le cadre de sa Loi Omnibus, trois organisations de cinéastes français réagissent. 

Pendant sa campagne et avant d’être élu en novembre dernier, le candidat Milei avait annoncé qu’il supprimerait le ministère de la Culture et plusieurs institutions dont l’INCAA, l’Institut national du cinéma et des Arts audiovisuels, l’équivalent de notre CNC. Un premier pas semble avoir été franchi vendredi, avec le vote par les députés du projet de loi “Omnibus”, qui touche à de nombreux domaines dont le code pénal, le système électoral, les privatisations, mais aussi l’Éducation et la Culture, et notamment le projet de réduire de 75 % le financement de l’INCAA. Alors que le parlement argentin doit maintenant examiner les réformes thème par thème, l’Acid, la SRF et L’Arp expriment leur soutien au cinéma argentin « mis en péril ».

Voici leur communiqué in extenso :

« Nous sommes inquiets pour l’avenir du cinéma argentin qui représente pour nous tous un lieu de création d’une richesse et d’une diversité uniques. 

Nous affirmons notre entière solidarité avec l’ensemble du secteur cinématographique argentin en voie de perdre son principal outil de financement public. 

L’Institut National du Cinéma et des Arts Audiovisuels (INCAA) est un socle pour le développement du cinéma argentin tant dans sa création, sa diffusion et sa conservation : les activités de la Bibliothèque nationale, de l’École Nationale d’Expérimentation et de Réalisation Cinématographiques (ENERC) et le Fonds National des Arts impactent toute la création latino-américaine. L’INCAA représente aussi un modèle unique concernant l’exploitation du cinéma national, à travers un réseau de salles qu’il finance. Il contribue aussi à la diffusion des films dans des lieux difficilement accessibles et dans les écoles. Pour beaucoup de cinéastes, c’est également une porte d’entrée vers les coproductions internationales. 

L’Argentine et la France entretiennent une longue histoire de coproductions et le cinéma argentin fait partie de notre cinéphilie depuis des décennies : tous les ans, c’est en moyenne une dizaine de longs-métrages qui sortent dans les salles françaises, films souvent coproduits en Europe. Ce sont aussi des films français en Argentine, où en moyenne sont sortis 32 films français par an ces 10 dernières années. Les échanges artistiques entre nos deux pays ne peuvent que souffrir de cette vague libérale qui s’abat sur l’industrie cinématographique argentine.

L’affaiblissement ou même la disparition de l’INCAA nuirait indéniablement à l’ensemble de la chaîne de production du cinéma argentin et à son rayonnement mondial, mettant en péril l’activité et les savoirs faire de tous les acteurs d’un secteur.

L’ACID, la SRF et L’ARP savent à quel point le rapport de force est essentiel à la protection du cinéma indépendant ; c’est pourquoi nous nous inscrivons pleinement dans les mobilisations actuelles pour la sauvegarde du modèle de soutien et de financement du cinéma argentin. » 

Los Delincuentes de l'Argentin Rodrigo Moreno, sortira en France le 24 mars 2024 ©Arizona Distribution / JHR Films
googletag.cmd.push(function() { googletag.display('div-gpt-ad-1553617519041-2'); });
googletag.cmd.push(function() { googletag.display('div-gpt-ad-1553617519041-1'); });

Les News