Couvre-feu : le gouvernement débloque 30 millions d’euros pour le cinéma

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot ©Jean-Luc Mège

Dans la foulée du basculement officiel de 54 départements de l’Hexagone (ainsi que du territoire d’outre-mer de Polynésie) en couvre-feu, Roselyne Bachelot a annoncé le déblocage de nouveaux fonds pour aider le secteur culturel.

La ministre de la Culture, qui a encore reçu ce matin même des représentants du cinéma et du spectacle vivant, a souligné leurs difficultés à maintenir leur activité en raison du couvre-feu et salué leurs efforts pour maintenir le lien avec le public. « L’État sera à leurs côtés dans cet effort d’adaptation. » 

En plus des mesures générales auxquelles le secteur est éligible, le gouvernement a donc prévu un total de 115 millions d’euros de mesures complémentaires pour la Culture, avec l’objectif de « sauvegarder les programmations et les salles en permettant de jouer même à jauges réduites ».

À lire aussi : Roselyne Bachelot détaille le plan d’aide au cinéma

Les quatre mesures spécifiques de soutien de la filière cinéma, qui s’ajoutent aux autres mesures exceptionnelles prises depuis le début de la pandémie, s’élèvent à 30 millions d’euros. Pour la ministre, il s’agit « de faire en sorte que les cinémas ne ferment pas et que le public puisse continuer à aller voir des films. Il faut donc que les sorties de films soient maintenues sur l’ensemble du territoire malgré les risques économiques importants pris par les distributeurs. »

Les nouvelles mesures : 

  • Création d’un complément de prix sur chaque billet en zone de couvre-feu pris en charge par l’État et reversé aux distributeurs pour alléger les risques pris.
  • Renforcement du soutien automatique généré par les distributeurs pendant les six semaines du couvre-feu.
  • Doublement du barème normal du soutien automatique pour les producteurs sur cette même période jusqu’à 1,5 million d’entrées.
  • Réabondement du fonds de compensation des pertes des exploitants afin de tenir compte de la perte supplémentaire de chiffre d’affaires.

Sur cette dernière mesure, Richard Patry attend un réabondement d’a minima 10 millions pour compléter les 50 millions d’euros initialement prévus pour le mécanisme de compensation des pertes de recettes des salles de cinéma. « C’est assez exceptionnel qu’au cours d’une conférence de presse détaillant le renforcement du couvre-feu, le cinéma et le spectacle apparaissent comme une thérapie », positive par ailleurs le président de la FNCF qui y voit une reconnaissance et validation « de tout le travail que les exploitants ont fait depuis le 22 juin. Oui, les cinémas accueillent du public, sont des lieux sûrs. Oui, nos concitoyens ont envie d’aller au cinéma ».  Richard Patry souligne aussi que le nouveau plan de soutien, qui prend acte de cet élan, concerne principalement les distributeurs « pour qu’ils laissent leurs films sur cette période. Notre peur était que si rien n’était fait, les films soient retirés et que les salles soient obligées de refermer. Elles vont rester ouvertes ! Alors un message aux distributeurs qui ont déprogrammé : revenez ! » 

Selon des données CNC de 2019, le couvre-feu concerne 68,22 % des cinémas (1 395 sur 2 045 établissements), soit 70,69 % des écrans du territoire (4 322 sur 6 114).

Les 54 départements désormais sous le régime du couvre-feu (soit 46 millions de Français) :

©Gouvernement

Les News