Bilan du CNC : le cinéma très attractif en 2019

©KinepolisGroup

Dans son bilan annuel, le CNC fait état de l’attractivité renouvelée des salles de cinéma dans un contexte fortement marqué par le dynamisme de la consommation audiovisuelle des ménages.

Pour la sixième année consécutive, la fréquentation des cinémas dépasse les 200 millions d’entrées et connaît en 2019 son troisième plus haut niveau depuis 1966 avec 213 millions de billets vendus en métropole (+5,9 %), auxquels s’ajoutent 3,8 millions de billets vendus dans les outre-mer (+0,3 %) et 5 millions d’entrées gratuites (+4,9 %). Cela représente des recettes de 1 447,4 millions d’euros (+8,3 %).

Les salles restent très attractives puisque 68,8 % des Français sont allés au cinéma en 2019 soit 43,3 millions de personnes, une hausse de 5,6 % par rapport à 2018. Le cinéma est également un loisir qui demeure répandu chez les jeunes, les spectateurs de moins de 25 ans ayant progressé de 5 % en 2019 ; 83,8 % des moins de 25 ans vont au cinéma au moins une fois par an. Le nombre de séances continue quant à lui d’augmenter : il est passé à 8,6 millions (+1,4 %), pour une progression de 25,2 % en dix ans avec 1,7 million de séances supplémentaires.

Une offre de films riche et diversifiée…

Les longs-métrages représentent 98,2 % des entrées soit 209,2 millions (+6,1 %), grâce aux mastodontes Le Roi lion (9,82 millions), Avengers: Endgame (6,82 millions) et La Reine des neiges II (6,73 millions), tous trois distribués par Disney. Les films français représentent 35 % des entrées et sont donc en légère baisse. Le hors film, porté par les succès de Mylène Farmer 2019 – Le Film, Bonne nuit Blanche de Blanche Gardin et Amazing Grace – Aretha Franklin, bondit de 20 % avec 1 million d’entrées réalisées.

Un total de 8 198 films ont été exploités (+1,1 %), parmi lesquels 746 films inédits (+9,2 %) proposés par 142 distributeurs. 52,4 % des films en première exclusivité sont français ; le nombre de films français progresse de 36 titres à 391 films, soit son plus haut niveau depuis 1975. Le marché de l’art et essai retrouve une vitalité avec 4 638 films (+2,1 %). De plus, 56,3 % des films en première exclusivité sont recommandés art et essai en 2019, soit 420 œuvres (+17 titres par rapport à 2018 et le plus haut niveau enregistré). L’offre de documentaires progresse encore à 153 titres, soit une offre multipliée par deux en dix ans ; 52 films d’animation sont projetés pour la première fois sur les écrans français en 2019, soit seize de plus qu’en 2018, et dont onze sont français. En moyenne, 62 films sortent chaque mois en salles en 2019, soit 14 films par semaine.

…mais inégalement exposée

En 2019, 59 films sont distribués dans 500 établissements ou plus en première semaine d’exploitation, dont cinq dans plus de 800 ; en revanche, 252 films disposent d’une combinaison de sortie restreinte de moins de 20 cinémas contre 200 en 2018, parmi lesquels 141 films français. Huit films art et essai sont sortis dans 500 établissements ou plus en première semaine, soit deux fois plus qu’en 2018 ; toutefois, les films art et essai sont
en moyenne distribués dans un nombre de cinémas près de trois fois inférieur à celui des films non recommandés. En moyenne, un film inédit est présent dans 140 établissements en 2019 lors de sa première semaine d’exploitation, contre 148 en 2018 ; les films américains et les films d’animation sont les plus largement diffusés. L’exposition des films américains, qui représentent 17,6 % du total des films sortis en première
exclusivité, augmente de 20,3 % en dix ans contre 5,8 % pour les films français : en 2019, ils sortent sur 302 écrans en moyenne en première semaine (276 en 2018) tandis que les films nationaux baissent à 127 (133 en 2018). L’offre inédite de films européens non français recule quant à elle nettement entre 2018 et 2019 (-21 titres à 103 films).

Un parc de salles en croissance

Le parc de salles français continue de voir augmenter la taille de ses cinémas ; en 2019, un établissement compte en moyenne 3 écrans et 558 fauteuils. Malgré 16 ouvertures, le nombre de mono-écrans recule à 1 134 mais ces derniers représentent 55 % des cinémas. Les multiplexes sont au nombre de 232 et représentent 60 % des entrées réalisées. À noter que le prix moyen du ticket est désormais à 6,79 euros (+2,3 %) ; 16,9 % des billets vendus l’ont été à moins de 5 € et 7,3 % des entrées ont été comptabilisées dans le cadre des cartes illimitées ; la part des entrées à plus de dix euros a quant à elle augmenté de presque deux points (13,1 %). Enfin, les salles situées dans les villes de moins de 100 000 habitants connaissent ensemble une évolution à la hausse de leur fréquentation de 14 %, tandis que les villes de plus de 100 000 habitants et la région Île-de-France voient leur fréquentation reculer de près de 8 % en cumulé.

Le marché français reste le premier d’Europe, qui totalise 1,1 milliard d’entrées en 2019 (+5,5 %) ; il se place loin devant le Royaume-Uni (176,1 millions), l’Allemagne (118,6 millions), l’Italie (104,7 millions) et l’Espagne (103,6 millions). Malgré un recul de 5 %, la France continue aussi de se distinguer par une part de marché nationale plus élevée que dans les autres grands marchés européens, avec 72,7 millions d’entrées contre 22 millions en moyenne. Le parc de salles reste également le premier d’Europe avec 2 045 établissements et 6 114 écrans et le plus dense du continent avec 9,4 écrans pour 100 000 habitants.

Le bilan complet du CNC (distribution, production, vidéo, télévision…) est à retrouver ici.