Art House annonce un été Fukada

Suis-moi, je te fuis © Art House

La société d’Éric Le Bot poursuit son travail autour du cinéma japonais en général, et de Kôji Fukada en particulier, avec une intégrale tout au long de l’été. 

De fin mai à fin août, toute la filmographie du cinéaste, que Art House a contribué à faire (re)découvrir en France, sera proposée en salles, à l’occasion de la sortie du diptyque Suis-moi, je te fuisFuis-moi, je te suis, plusieurs fois repoussé depuis sa labellisation Cannes 2020.
Cet « été Fukada » débutera le 26 mai avec un inédit de 2010, Hospitalité. L’histoire d’une paisible famille d’imprimeurs de Tokyo, chez qui réapparaît un vieil ami qui va s’immiscer progressivement dans leur vie… jusqu’à prendre leur place. Suivra la reprise, le 9 juin, de Au revoir l’été, sorti en France en 2014, qui suit le retour de deux femmes dans leur village natal. Tandis que l’une retrouve son ancien amant, sa nièce se rapproche d’un réfugié de Fukushima.

Le premier volet du dyptique cannois, Suis-moi, je te fuis, arrivera avec la levée des restrictions et du couvre-feu, le 30 juin. Où l’on suit l’étrange rencontre de Tsuji et Ukiyo, dont il sauve la vie, une nuit, sur un passage à niveau. Malgré les mises en garde de son entourage, il est irrémédiablement attiré par la jeune femme… qui n’a de cesse de disparaître. Une semaine après, le 7 juillet, Fuis-moi, je te suis, coïncidera avec l’ouverture du Festival de Cannes. Dans lequel cette fois, c’est Tsuji a qui a disparu, alors que Ukiyo s’accroche à son souvenir.

Le fascinant Sayonara, datant de 2015, ressortira le 21 juillet. L’histoire contemplative d’une jeune étrangère dans un Japon du futur ravagé par une catastrophe nucléaire. Suivra Le Soupir des vagues, inédit en France, le 28 juillet. Une romance fantastique dans laquelle une jeune japonaise rend visite à sa famille installée à Sumatra, dix ans après un tsunami. A son arrivée, elle apprend qu’un homme mystérieux a été retrouvé sur la plage, rejeté par les vagues mais vivant. 

Enfin au mois d’août, reviendront les deux succès français de Fukada. Le 11 août Harmonium, que Condor avait sorti en 2017, et dont le scénario – l’histoire inquiétante d’un vieil ami venant s’incruster au sein d’une discrète  famille – apparaît aujourd’hui comme un écho à celui d’Hospitalité. Le 25 août reviendra le drame hitchcockien L’Infirmière, un an après sa première sortie estivale de 2020… comme un hommage renouvelé à toutes celles qui prennent soin de nous.