Ancien exploitant lyonnais et bordelais, Alain Duchâtel s’est éteint

© Mathieu Prat

Cette figure discrète de l’exploitation nous a quittés le 15 juin. Alain Duchâtel a pendant longtemps œuvré dans l’est lyonnais, sauvant de la fermeture le cinéma Le Select de Bron, avec une poignée de militants, à la fin des années 1970. Il en assurera la direction jusqu’à l’ouverture du nouvel établissement plus moderne, Les Alizés, doté de deux salles au rez-de-chaussée d’un immeuble brondillant. « Alain a démarré à une époque où l’exploitation des cinémas de périphérie était une véritable course d’obstacles : pour retenir le public attiré par le centre-ville de la métropole principale, pour arracher un accès en nationale à certains films incontournables, pour trouver le meilleur équilibre possible entre le grand public et l’art et essai et pour convaincre inlassablement les élus de la nécessité de leur soutien. Alain travaillait dans la durée, imperturbable et convaincu. Ce n’était pas un pur et dur. Plutôt un doux qui aimait les mélanges. Les mélanges de films et le mélange des publics, avec toujours une exigence de qualité », écrit François Aymé, président de l’Afcae, dans le Courrier art et essai de juillet.

De la région lyonnaise, Alain Duchâtel prend la direction de la Gironde à la fin des années 1980, début des années 1990. Il prend ainsi la tête du centre culturel Les Colonnes de Blanquefort. « L’une de ses grandes réussites fut la création du festival L’Échappée Belle qui acquit rapidement une notoriété nationale. Il avait réussi son pari : rassembler pendant quelques jours, autour d’une programmation joyeuse et inventive, tous les publics et toutes les générations, les enfants, les ados et les adultes, les néophytes et les amateurs », poursuit François Aymé.

La rédaction de Boxoffice Pro adresse ses sincères condoléances à tous ses proches. 

Les News