Wild Bunch International et Capricci s’unissent autour d’un label de genre

La Nuée, de Just Philippot, est le premier film issu des Résidences Sofilm de genre qui nourrira le label Wild West © The Jokers/Capricci

[mis à jour le 10 juin] L’entité européenne de distribution, de production et de ventes internationales, cofondée par Vincent Maraval, et la société Capricci, dirigée par Thierry Lounas et aussi éditrice du magazine Sofilm, lancent Wild West, avec l’ambition de devenir un « Blumhouse européen ».  

Selon l’information révélée par Deadline, le label sera exclusivement dédié à la production de films et séries de genre – S-F, polar, thriller, épouvante, films fantastiques ou de super-héros. Il compte développer une douzaine de projets par an via les résidences Sofilm, lancées il y a cinq ans, en partenariat avec  Wild Bunch International, le CNC, Canal+, la Sacem – rejoints cette année par Bordeaux Métropole –, avec l’objectif de « renouveler le long-métrage de cinéma de genre en France ».

À lire aussi : Sony Pictures s’investit dans le cinéma de genre français

Pour rappel, le premier film issu des Résidences SoFilm de genre est La Nuée de Just Philippot. Sélectionné à la Semaine de la Critique 2020, le film est distribué dans les salles françaises ce 16 juin par The Jokers/Capricci via Les Bookmakers, Netflix ayant acheté les droits pour le reste du monde.

De son côté, Wild Bunch International a distribué des films comme Land Of The Dead, Le Labyrinthe de Pan ou Grave, mais aussi lancé sa propre société de production, Getaway, qui a notamment produit Oxygène d’Alexandre Aja, pour Netflix.  Ainsi pour Vincent Maraval, « la création de Wild West est une évolution naturelle de notre collaboration avec Thierry Lounas et Capricci à travers la résidence SoFilm.»
Dans ses commentaires à Deadline, le dirigeant de Wild Bunch a confié qu’ « idéalement, nous aimerions que des partenaires – comme Jason Blum, par exemple – rejoignent la société et obtiennent une partie des droits du projet, qu’il s’agisse de droits de remake ou de droits télévisuels, etc. ». 

Les premiers projets, tous francophones cette année (bien que des projets anglophones soient attendus pour l’avenir), ont été présentés dans le cadre du Festival Les Tropicales by So Film à Bordeaux.  Les ventes internationales des films Wild West seront assurées par Wild Bunch.

Line-up :

Les mains d’Orlac, écrit par Dominique Baumard (co-réalisateur des Méchants), qui mêle body horror, pulsions meurtrières et passion diabolique.

Cygnes, une série psychédélique écrite par Dominique Baumard et Mathieu Mégemont

Le Domaine, un thriller écrit et réalisé par Giovanni Alo, sur la descente aux enfers d’un trio de jeunes

Papier, écrit et réalisé par Britta Potthoff et Adrien Pavie, un conte fantastique dans la lignée du Labyrinthe de Pan

Cœur net, écrit par Elina Gakou-Gomba et Louise Groult, thriller psychologique et érotique

La Concession, d’Aurélia Raoull, qui retrace une émancipation sanglante dans la lignée de The Witch

Incarnation, un teen-movie fantastique de Mael Le Mée, avec India Hair

Vincent doit mourir, écrit par Mathieu Naert et réalisé par Stephan Castang, avec Karim Leklou et Vimala Pons, pour une relecture moderne du film de zombies

Les dessins d’Alexandre, un film d’horreur de Clément Rière, où un gamin plonge ses parents en enfer

Specimen, un film de monstre en huis-clos de Willy Orr

Dead Man Shoes, un thriller frénétique et décalé, écrit et réalisé par Yohann Gloaguen (qui a été assistant de David Lynch et Wong Kar-waï), avec Jean-Pascal Zadi.

Les News