Réunion de chantier : Le Gén’éric d’Héric

©David Batard

21 ans après sa dernière rénovation, le mono écran associatif Le Gén’éric basé à Héric (Loire-Atlantique) s’agrandit de 2 salles et d’un nouveau hall. État des lieux avant l’inauguration au printemps prochain.

Le 22 juin dernier, lors d’une cérémonie en présence de différents élus d’Héric et d’ailleurs, a eu lieu la pose symbolique de la première pierre du nouveau Gén’éric. Depuis, les acteurs qui se pressent sur le chantier n’ont pas chômé, s’activant autour des trois futures salles et du hall. “La maçonnerie est dans sa phase terminale, l’ossature terminée et la pose de la charpente toujours en cours”, nous indique David Batard, actuel directeur de la salle, exploitée par l’association “Cinéma Le Gén’éric” qui en possède également le fonds de commerce. “L’objectif est d’ouvrir le nouveau hall ainsi que 2 des 3 salles pour Noël.” L’inauguration complète est pour le moment prévue entre avril et mai 2019.

Ambiance “tarkovskienne”

L’avancée des travaux donne un aperçu de l’aspect final que revêtira le cinéma. Une grande verrière habillera la façade du bâtiment existant et servira de hall. La salle actuelle de 239 places sera remplacée par une salle de 150 places, équipée d’un écran de 8 mètres et d’un son 7.5. Au niveau du hall et dans la partie inutilisée du bâtiment actuel sera aménagée une salle de 51 places avec un écran de 7,1 mètres et un son 7.5, tandis que dans la cour arrière, une salle de 228 sièges (écran de 12,5 mètres et son Dolby Atmos) sera entièrement érigée autour d’une grande ossature bois. “Dans les trois salles, il n’y aura pas de faux plafonds afin de laisser la charpente apparente.” Chaque salle aura des coloris différents pour les murs et les plafonds, et pour les fauteuils, il y aura un panaché de couleurs avec une dominante par salle, chacune inspirée du Stalker d’Andreï Tarkovski ! 

35 000 spectateurs en 2017

Pour ces travaux de rénovation, les différentes parties impliquées dans le projet ont déboursé la bagatelle de 2,4 millions d’euros, équipements de projection compris, dont 1,5 million apporté par les collectivités. Fort de cet engouement autour du futur Gén’éric, le cinéma espère renforcer son offre Art & Essai auprès d’un public demandeur. En 2017, avec un seul écran, environ 35 000 spectateurs s’étaient pressés dans la salle obscure dans une commune qui compte près de 6 000 habitants. Avec ses 3 futures salles, David Batard ne cache pas son ambition : “au moins 65 000 entrées annuelles”.