Netflix enregistre une perte d’abonnés historique

©Netflix

Le géant du streaming a présenté mardi 19 avril ses résultats pour le premier trimestre 2022, bien en-deçà de ses prévisions.

Le ralentissement observé en fin d’année 2021 se confirme. À l’issue des trois premiers mois de 2022, Netflix a en effet perdu 200 000 abonnés : de 221,84 millions d’abonnés fin décembre, il affiche désormais 221,64 millions, indique-t-il dans sa lettre aux investisseurs publiée hier. Loin (très loin) des 2,4 millions supplémentaires prévus par le service sur la période. C’est la première fois depuis plus de dix ans (octobre 2011) que le géant du streaming perd du terrain. Pis, il prévoit désormais une perte de 2 millions d’abonnés à l’issue du deuxième trimestre 2022, le faisant passer sous la barre des 220 millions d’abonnements. 

La société pilotée par Reed Hastings annonce toutefois un chiffre d’affaires de 7,868 milliards de dollars, en augmentation de 9,8 % par rapport au premier trimestre 2021. Le service anticipe une croissance de 9,7 % annuelle sur le second trimestre 2022 avec un chiffre d’affaires supérieur à 8 milliards de dollars. Malgré ces résultats, l’annonce de la perte d’abonnés a entraîné une chute de 22 % de l’action de la plateforme à la clôture de Wall Street.

Netflix pointe quatre éléments pour expliquer cette décroissance. D’abord, des facteurs non contrôlables du marché, tels que l’évolution de la télévision connectée, l’adoption de la VOD et le coût des données. Ensuite, le partage des comptes, qui concernerait 100 millions de personnes d’après le service, en plus des 221 millions d’abonnés actuels, limitant la croissance dans de nombreux marchés. Également, une concurrence accrue, avec la télévision linéaire mais aussi les services comme YouTube, Amazon, Hulu et autres plateformes de studios. Enfin, un contexte délicat, toujours impacté par le Covid ou le récent conflit en Ukraine. À ce titre, l’arrêt de Netflix en Russie représenterait une perte de 700 000 abonnés. 

Concernant le partage des comptes, le service réfléchit à la meilleure manière de le monétiser. En mars, il a lancé au Costa Rica, au Pérou et au Chili une phase de test d’une fonctionnalité où le compte doit payer un supplément – 2 à 3 $ – pour partager son accès à deux autres utilisateurs/foyers maximum. Par ailleurs, dans sa réflexion économique, Netflix a changé sa position s’agissant de la publicité : le géant serait désormais enclin à lancer une offre à coût réduit financée par des annonceurs, à l’instar de ce qu’envisage Disney+ à horizon 2023.

Les News