Megarama prend ses quartiers à Nice

© Bruno Bebert/Bestimage

Le groupe de Jean-Pierre Lemoine ouvre ce samedi 11 décembre son 27e cinéma à Saint-Jean-d’Angély, quartier de l’est de l’agglomération azuréenne.

Il ne passe pas inaperçu dans le paysage niçois : érigé sur trois niveaux, le nouveau Megarama arbore une résille composée de panneaux en aluminium blanc laqué où s’affiche le mot « cinéma » dans plusieurs tailles ; de cet habillage dépassent les boîtes des salles dans un revêtement doré. C’est surtout dans l’obscurité que le bâtiment se révèle, les luminaires intérieurs traversant la résille pour faire scintiller l’ensemble, conçu par l’agence locale InSitu Benaïm-Nivaggioni Architectes. Le multiplexe est le fleuron du nouveau Carré Vauban, dans le quartier Saint-Jean-d’Angély, regroupant, via trois îlots, des logements, des commerces et un vaste parking aérien, le tout accolé au tramway pour rejoindre le centre de Nice. 

À l’intérieur, l’aménagement reprend l’identité traditionnelle des sites Megarama : le hall comprend le comptoir billetterie et confiserie, conduisant ensuite le spectateur au premier niveau, où sont agencées les six premières salles, ainsi que d’autres espaces confiserie dont le MCafé. Au deuxième étage, outre un petit espace privatisable, se trouvent les quatre autres, dont la fameuse salle Horizon que le groupe déploie de plus en plus dans ses cinémas. Elle est dotée de projecteurs lasers 4K de chez Barco, d’un écran mur à mur et du sol au plafond ainsi que du son Dolby Atmos. Dans l’ensemble des dix salles, des fauteuils “club rocking” – qui s’inclinent légèrement – ont été installés, pour un total de 1 500 sièges. 

©Megarama

475 000 entrées annuelles visées

Pilotée par Thomas Graux comme pour l’ensemble des Megarama, la programmation sera généraliste, avec une mise en avant de l’art et essai via deux salles dédiées et un accent sur la VO : « Nous sommes dans un quartier étudiant, avec un public qui est curieux et demandeur de films dans leur langue originale », précise Olivier Labarthe, directeur général du circuit, indiquant qu’une dizaine d’établissements scolaires sont à dix minutes à pied. L’étude de marché misait sur 475 000 entrées annuelles en période pré-covid : la patience sera de mise même si l’optimisme prévaut au sein du groupe. « Nice est une agglomération de plus de 355 000 habitants, dont 30 000 sur le bassin est. Nous sommes implantés dans une zone qui était sous-équipée par rapport au reste de la ville et que la collectivité souhaitait rééquilibrer. » 

À lire aussi | Le Pathé-Paris ferme ses portes à Nice

Pour rappel, Les Cinémas Pathé Gaumont sont actuellement le principal exploitant de l’agglomération azuréenne avec trois établissements : le Pathé Lingostière (treize salles) au nord-ouest, le Pathé Gare du Sud (neuf écrans) et le Pathé Massena (sept) dans le centre-ville, qui cumulaient plus de 1,8 million d’entrées en 2019. Par ailleurs, trois sites art et essai sont implantés autour de la vieille ville : Le Rialto (cinq salles) et Les Variétés (sept) du réseau UGC Méditerranée (247 000 tickets en 2019) ainsi que Le Jean-Paul-Belmondo (anciennement Mercury), le plus ancien cinéma niçois avec trois écrans (75 000 billets).

Jean-Pierre Lemoine, le président de Megarama, durant l’inauguration, le 10 décembre 2021. © Bruno Bebert/Bestimage

Cette ouverture est la deuxième inauguration de l’année pour Megarama en comptant le site de Denain (Nord), même si ce dernier était prêt depuis décembre 2020. En y ajoutant la reprise de deux cinémas stéphanois en juillet 2020, le circuit de Jean-Pierre Lemoine est passé de 166 écrans en 2019 à 203 cette année, exploitant désormais 27 établissements sur le territoire national.

Focus complet à retrouver dans le Boxoffice Pro n°411 du 5 janvier 2022.

Les News