Les Films du Losange révèle son line up pour 2021

Suzanna Andler, de Benoît Jacquot ©Les Films du Losange

La société de distribution historique prévoit, entre auteurs fidèles et premiers films, de sortir dix films d’ici la fin de l’année.

À commencer par la reprise de Garçon chiffon qui retrouvera les salles dès le 19 mai. Sorti le 28 octobre sur environ 130 copies, la première réalisation du comédien Nicolas Maury se contente pour l’heure de 14 500 entrées. La Suzanna Andler de Benoît Jacquot, qui réunit Charlotte Gainsbourg et Niels Schneider autour de l’adaptation de la pièce de Marguerite Duras – initialement prévu pour décembre 2020 – est daté au 2 juin

L’équipe de distribution menée par Régine Vial enchaîne dès le 23 juin avec documentaire consacré à l’adoption internationale, Une histoire à soi d’Amandine Gay, avant de retrouver Mia Hansen-Løve dont elle a déjà distribué quatre réalisations (Le Père de mes enfants en 2009, Un amour de jeunesse en 2011, L’Avenir en 2016 et Maya en 2018). Bergman Island en salles le 14 juillet, est un premier projet anglophone pour la cinéaste, en compagnie des comédiens Mia Wasikowska, Vicky Krieps et Tim Roth, sur les affres de la création d’un couple de scénaristes exilés sur l’île de Fårö, où vécut Ingmar Bergman. 

Le 4 août sera, après Indignados, Geronimo et Djam, la date des retrouvailles du distributeur avec Tony Gatlif et son Tom Medina sur fond de mystique décor camarguais. L’Horizon, premier long métrage d’Émilie Carpentier centré sur une jeune et vibrante banlieusarde, est daté au 18 août

La rentrée Losange se fera le 29 septembre sous le signe de Guiraudie avec Viens je t’emmène qui embarque Noémie Lvovsky et Jean-Charles Clichet dans une histoire d’amour comme seul le cinéaste iconoclaste aveyronnais en a le secret. Le 20 octobre, ce sera au tour de Joachim Lafosse de dévoiler Les Intranquilles, avec Leïla Bekhti et Damien Bonnard, pour sonder une famille en proie à la bipolarité d’un des deux parents. Le 10 novembre, retour au documentaire avec Marcher sur l’eau de la comédienne Aïssa Maïga, tourné dans le nord du Niger, dans un village victime du réchauffement climatique, qui se bat pour avoir accès à l’eau par la construction d’un forage. 

Enfin, ce foisonnant line up 2021 sera clôturé par White Building, le 8 décembre, du Cambodgien Neang Kavich, centré sur un bâtiment de Phnom Penh abritant près de 500 familles.