Les Cinémas Pathé Gaumont dévoilent leur nouveau cinéma à Dijon

©Tanguy Colon/Boxoffice Pro

Le circuit ouvre ce soir un établissement de neuf salles et 1 200 fauteuils au cœur de la nouvelle Cité internationale de la gastronomie et du vin de la capitale bourguignonne.

Situé à quelques encablures du centre-ville, le nouveau multiplexe ne passe pas inaperçu. Revêtu d’un bardage au motifs contemporains sur la façade bordant la rue, dans le même esprit que la coque de la cité voisine, et d’un habillage en bois plus sobre pour encadrer l’entrée, le cinéma affiche clairement une modernité qui se prolonge à l’intérieur. Dans les zones de passage, de larges lames de verre confèrent au bâtiment mouvement, luminosité, style et transversalité, auxquels les murs anthracites apportent un réel contraste. Dans le hall d’entrée, trois bornes billetterie font face au comptoir Charlie’s, concept de snacking de Pathé qui propose notamment des hot-dogs et donuts. Si le spectateur souhaite des gourmandises plus classiques, il peut se tourner vers l’espace confiserie hall équipé de caisses express. « Le Covid nous a poussés à revoir en profondeur notre façon d’opérer un cinéma et son agencement, avec notamment la suppression des caisses physiques, la refonte de la signalétique, l’utilisation revisitée des nouvelles technologies d’écrans et d’affichages dynamiques », explique Aurélien Bosc, président des Cinémas Pathé Gaumont. 

Dans cette optique, l’accès aux salles nécessite de franchir des portillons automatiques – dont le test concluant au Pathé Beaugrenelle va entraîner leur déploiement plus large au sein réseau – assurant une plus grande fluidité et moins de temps d’attente. Au rez-de-chaussée ont été agencées les deux plus grandes salles, les sept autres étant disposées à l’étage, le spectateur entrant à chaque fois par le haut via des portes imposantes aux teintes de bronze et laiton, fidèles à l’identité du circuit. D’un gradinage confortable et d’une capacité allant de 63 à 282 places (+PMR), toutes les salles sont équipées en projection laser et son 7.1 ; parmi les récents multiplexes ouverts par Pathé, c’est donc le premier n’intégrant pas de salle d’un format premium spécifique (IMAX, Dolby Cinéma et/ou 4DX, ndlr.). « Les volumes ne permettant pas de configurer de très grands écrans, nous avons fait le choix de traiter le cinéma entier de manière premium avec un confort généralisé via, notamment, une version très améliorée de nos fauteuils », précise Aurélien Bosc. Le site dijonnais se distingue en effet comme étant le premier équipé des nouveaux fauteuils du groupe – conçus par les équipes Pathé en Italie avec Lino Sonego –, avec assises et accoudoirs plus larges, dans un revêtement haut de gamme en velours rouge ou bleu nuit, pour les deux plus grandes salles. À noter que les deux plus petites sont ornées d’un plafonnier lumineux en serpentin octroyant davantage de singularité à un établissement unique au sein du circuit au coq ; un parti pris imaginé par l’architecte Pierre Chican, qui a également réalisé le Pathé de La Valette (Var).

Les neufs salles arborent les nouveaux fauteuils dessinés par Pathé et Lino Sorego. ©Pathé Gaumont

Propriétaires du site, Pathé aura déboursé environ 14M€ pour concrétiser un projet tombé dans l’escarcelle du circuit suite au rachat de CinéAlpes fin 2019, englobant également le Ciné Cap Vert de Quétigny, en périphérie est de Dijon.

La programmation sera principalement généraliste, et justement en complémentarité avec le site de Quétigny. À noter que la préfecture costalorienne affiche un important maillage de cinémas indépendants en centre-ville, entre l’Olympia et le Darcy à quinze minutes à pied, et l’Eldorado à une vingtaine de minutes. Avec son implantation, le Pathé Dijon entend naturellement développer des synergies avec la Cité de la gastronomie, sur l’animation mais aussi à destination d’une clientèle commerciale. Entourée d’une équipe d’une douzaine de personnes, Valérie Sutter assure la direction du site (et celle du Cap Vert voisin) ; une sorte de retour aux sources pour celle qui a commencé comme agent d’accueil à l’ancien Gaumont Olympia (devenu l’Olympia), avant des expériences de direction à Rouen, Toulon et en région parisienne.

Fleuron « à la pointe du confort et avec beaucoup de personnalité », dixit Aurélien Bosc, le Pathé Dijon finalise, avec son ouverture, le premier des trois gros chantiers que conduit le groupe en région. D’ici la fin d’année, le circuit espère ouvrir les cinq écrans et 700 places du Ciné Capucins à Brest (Finistère) tout en poursuivant ses études sur son multiplexe de quinze salles à Lille (Nord), de nouveau confirmé par la CNACi fin mars et qui fera la part belle aux formats premium. En parallèle, le groupe accélère le passage de tous ses sites sous enseigne unique Pathé, une transformation qui inclut, selon les cas, des rénovations d’ampleur variable. « Notre objectif est d’avoir basculé l’ensemble de nos cinémas parisiens d’ici la fin d’année et ceux de province probablement d’ici septembre 2023 », conclut le président des Cinémas Pathé Gaumont.

Focus complet à retrouver dans le Boxoffice Pro n°420 du 15 mai 2022.

Les News