Les cinémas « clé en mains », l’avenir de l’exploitation ?

©Cineplexe

De nouvelles offres de cinémas « clé en main » font leur apparition et pourraient bien repenser le marché de l’exploitation en France.

Le dernier Congrès des exploitants a vu lancer la commercialisation du concept Cineplexe, dont l’objectif est de livrer des cinémas de trois salles clé en main pour la modique somme de deux millions d’euros. Le projet résulte de l’association de plusieurs professionnels de l’industrie cinématographique, qui souhaitent mettre leur expérience et leur savoir-faire au profit des exploitants en les accompagnant dans toutes les étapes de la construction du bâtiment, des premières études techniques à l’achèvement complet des travaux, avec un délai de livraison de six mois. Le plan du cinéma occuperait une surface totale de 1 145 m² répartis en un hall d’accueil de 170 m², deux ensembles de sanitaires, trois salles de respectivement 246, 148 et 82 places, trois cabines de projection ainsi que les locaux d’exploitation. L’offre s’étend également à un cinéma de cinq salles pour un total de 664 places, construit d’emblée ou proposé en extension.

Toute la conception du bâtiment, réalisé en bois, est pensée pour en maîtriser les coûts ; ainsi, « la distribution des locaux ne changera pas d’un site à l’autre », selon François Michel, co-dirigeant d’ABFM. En revanche, « le choix des revêtements couleur peut être adapté, ainsi que certains matériaux particuliers. Ce choix est fait pour économiser le plus possible et livrer le bâtiment très peu cher ». Les cinémas garderont le choix de leur nom. Depuis Deauville, François Michel confie que de nombreux contacts ont été pris et que beaucoup de clients se sont montrés intéressés, avec plusieurs rendez-vous sérieux déjà engagés. Cineplexe espère également convaincre des municipalités en présentant le projet au Salon des Maires, qui se déroule fin novembre à Paris.

« Nous apportons une expertise, un savoir-faire et des leviers financiers. Il s’agit d’un outil pensé par un exploitant pour les exploitants. »

Cédric Aubry, président des cinémas Confluences

D’autres acteurs se positionnent également dans l’aide au développement et à la construction de nouvelles salles. C’est le cas de Ciné Expert, société créée en 2015 par Marc et Joëlle Castelli, anciens dirigeants de CTS. GSE, bien qu’il ne soit pas spécialisé dans l’industrie cinématographique, revendique également sa capacité à accompagner les exploitants dans la constitution de leur projet immobilier.

Si ces derniers proposent une solution d’accompagnement d’un point de vue purement architectural, un autre exploitant fait part de sa vision d’un projet plus global. Cédric Aubry, président des cinémas Confluences, inscrit son projet de cinémas « clé en main » dans une volonté de « redensifier les zones blanches du territoire et recréer une dynamique de territoire dans des zones appauvries culturellement ». Pour ce faire, il compte standardiser son bâtiment de Mennecy (Essonne), tout juste ouvert et construit en quelques mois, et en dupliquer le modèle. « Mennecy correspond à un aboutissement de nos recherches au fur et à mesure de la construction des cinémas Confluences. Le cinéma est optimisé financièrement et dans son outil de gestion des flux. Il s’agit en quelque sorte d’une « maison-témoin » ».

Le concept Confluences ©Mennecy

La création de public étant l’un des objectifs principaux, le choix des sites se ferait ainsi en fonction du potentiel des zones étudiées, avec pour but, en « zone forte », d’atteindre les 150 000 entrées annuelles pour un cinéma de trois salles. Pour l’heure, Cédric Aubry cherche à faire connaître son projet et révèle être déjà en contact avec des municipalités qui cherchent à développer un cinéma. Il entend mener son projet « de A à Z, en gestion privée », sans nécessairement compter sur l’investissement des collectivités territoriales : « Nous sommes dans une dynamique où les collectivités territoriales s’impliquent de moins en moins, mais nous sommes en capacité d’accompagner quiconque veut se lancer. Nous apportons une expertise, un savoir-faire et des leviers financiers. Il s’agit d’un outil pensé par un exploitant pour les exploitants. »

Alors que ces projets en sont encore à leurs balbutiements, ils pourraient révéler un véritable changement dans l’implantation et la géographie des futurs cinémas.