Le mk2 Dumbéa ouvre aujourd’hui en Nouvelle Calédonie

© Naia Productions

Après deux ans et demi de chantier, le multiplexe de 14 salles et 1621 fauteuils propose des équipements haut de gamme dans le principal bassin de population du territoire, où il entend renouveler l’offre.

Implanté dans la ZAC Dumbéa-Koutio, au nord de Nouméa, le premier vaisseau « franchisé mk2 » s’étend sur 7500 m2, abritant pas moins de 14 salles dont 4 premium, un musée numérique, une galerie d’art local, un espace d’ateliers et un food corner. L’idée étant d’être,  dans l’esprit général mk2, « un lieu de destination culturelle, dans lequel il doit y avoir un choix large de films, accompagné d’une offre artistique variée », précise Philippe Aigle, président de mk2 Dumbéa. Ce dernier est à l’origine de l’ambitieux projet, avec son associée Séverine Lathuillière de Naïa Productions et plusieurs partenaires calédoniens, après avoir répondu à une consultation lancée en 2011 par la mairie de Dumbéa, qui connaît alors la plus forte croissance démographique de la région. Face au Cinecity de 12 salles, exploité par la famille Hickson au sud de Nouméa, Philippe Aigle estime en effet qu’il manque entre 1 500 et 2 000 fauteuils dans ce bassin de 165 000 habitants, sur les 270 000 habitants que compte la Nouvelle Calédonie. 
En signant une franchise avec mk2, les associés entendent donc s’appuyer sur le savoir-faire du groupe parisien, tout en « enracinant artistiquement le bâtiment dans son territoire ». Le projet de l’architecte Emilie Poilpré s’apparente ainsi à celui du mk2 Bibliothèque quand la fresque murale, réalisée par Valérie Newland et Valentin Béchade sur la façade ouest du bâtiment, rappelle les pétroglyphes locaux.

A l’intérieur, un vaste hall permet d’accéder directement à une salle VIP de 40 places, avec salon privé, puis aux 13 salles réparties sur deux niveaux. Son 7.1 et projection laser partout, fauteuils Drift extra larges et love seats pour les salles premium, l’idée étant d’offrir un confort haut de gamme. Par ailleurs, l’établissement a été pensé pour respecter les principes bioclimatiques en vigueur sur le territoire : ventilation naturelle pour le hall, toiture photovoltaïque de grande ampleur, isolation optimale. Le tout pour un budget de 22 M€.

Une programmation variée qui mise sur l’éducation aux images

Côté programmation aussi, faite depuis Paris, la griffe mk2 s’appliquera, « du documentaire de création au blockbuster », en puisant dans le catalogue varié du groupe, notamment pour des séances spéciales et événements thématiques. Sur un territoire qui a fonctionné longtemps sur des films américains en VF, « il y a une vraie demande sur la VO », estime Philippe Aigle, persuadé « que les Calédoniens, et notamment les jeunes, sont curieux et intéressés par la nouveauté et la diversité du cinéma mondial. Mais il faudra sans doute du temps. »  Le grand Nouméa comptant 30 000 jeunes scolarisées dont 10 000 à Dumbéa, l’éducation à l’image est ainsi au cœur du projet. Le dispositif École et cinéma sera lancé en Nouvelle-Calédonie et coordonné par le multiplexe mk2, suivi de Collège au cinéma et Lycéens et apprentis avec une première partie d’expérimentation. Une programmation cinéma qui s’inscrira dans un ensemble culturel plus large, à travers un musée numérique, monté avec la collaboration de 12 établissements culturels nationaux fondateurs, une galerie d’exposition et un espace d’ateliers-animations, allant du yoga aux ciné-goûters en passant par des projections de courts métrages.

Pour l’heure, les jauges devant être limitées à 65 % dans les salles de spectacle du territoire, le cinéma ouvre avec un fauteuil sur deux.

Focus complet à retrouver dans le Boxoffice Pro n°412 du 19 janvier 2021.

Les News