Le GNCR se réjouit de l’ouverture du fonds de sauvegarde aux cinémas en régie directe

Le cinéma Nestor Burma de Montpellier © Le Nestor Burma

Le Groupement National des Cinémas de Recherche avait été particulièrement actif sur ce sujet en lançant la pétition « Pour un soutien aux salles de cinéma sans distinction ».

Aujourd’hui l’association salue le ministère de la Culture, le CNC, ainsi que l’ensemble des élus des collectivités et des assemblées nationales qui se sont mobilisés en faveur de l’inclusion des salles publiques en régie directe aux aides de l’État. Le GNCR remercie également la FNCF qui a soutenu son action auprès des pouvoirs publics.

Mardi 12 avril, le CNC officialisait le nouveau dispositif de compensation des pertes d’exploitation auquel peuvent avoir recours tous types d’exploitation, sans exclusion. Car si les salles publiques en régie directe ont pu bénéficier du remboursement de la TSA sur l’année 2020, elles « n’ont pas eu accès au chômage partiel, ni au fonds de solidarité, ni au fonds de compensation des pertes de recettes des salles de cinéma mis en place en octobre dernier », rappellent Juliette Grimont et Gautier Labrusse, coprésidents du GNCR. 

« Il y a environ 350 établissements en régie directe en France, soit 16 % du parc de salles », comptabilise le GNCR en soulignant que 75 % sont des mono écrans, majoritairement implantés en zones rurales ou en périphérie des grandes agglomérations, qui « participent au maillage du territoire dont se targue la France, l’ensemble des populations se trouvant ainsi irrigué du cinéma dans toute sa diversité ». La pétition « Pour un soutien aux salles de cinéma sans distinction » lancée en octobre 2020 par l’association a été signée par plus de 4 000 personnes.

Depuis décembre dernier, le GNCR reste à l’écoute de l’ensemble des salles publiques en régie directe pour mesurer les effets de la crise. « Beaucoup de collectivités nous ont alertés sur leur fragilité économique et sur leur crainte de devoir supprimer des emplois, de diminuer leurs actions, voire même de fermer leur salle. Ce fonds de sauvegarde va permettre de réduire ces risques », estiment les coprésidents du Groupement qui espèrent par ailleurs son extension à l’année 2021. 

Enfin, Juliette Grimont et Gautier Labrusse appellent de leurs vœux la réouverture la plus rapide possible « de toutes les salles de cinéma, quel que soit leur statut juridique », pour « continuer à apporter aux publics l’émerveillement, l’émotion, la réflexion et l’intelligence que transmet le cinéma. Nous resterons vigilants sur cette question ». 

Les News