Le CNC relance l’observatoire de l’accessibilité

Benjamin Lesieur dans Hors Normes de Eric Toledano et Olivier Nakache. ©Gaumont

Le 20 juin dernier s’est tenue la plénière de l’observatoire de l’accessibilité au CNC, avec l’objectif, via des groupes de travail, d’identifier les besoins et leviers d’actions sur le sujet et de mesurer leurs impacts au sein du secteur.

La secrétaire générale du CNC, Leslie Thomas, avait convié associations et professionnels du secteur autour du sujet de l’accessibilité dans le cinéma et l’audiovisuel. Trois grands thèmes ont été retenus : la question technique avec la CST, la formation et le recensement de l’équipement et de l’offre des salles de cinéma. Ralentie par la pandémie, l’observatoire initié en 2020 a été officiellement remis sur le devant de la scène par l’ancienne ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, lors du lancement de l’appel à projet Les Uns et les autres en novembre dernier. La plénière devrait avoir lieu tous les ans, afin de coordonner et faire le point des avancées de différents groupes de travail. 

La première action sera d’envoyer, dès la rentrée, un nouveau questionnaire aux salles afin de faire un point à date sur l’accessibilité du parc et compléter le sondage mené en 2019 auprès de 600 cinémas. Les résultats de cette enquête avaient montré que 76 % de salles étaient accessibles dont 94 % aux personnes à mobilité réduite. Quant à l’accessibilité sensorielle, 36 % étaient équipées de système d’audio-description pour les aveugles et malvoyants et 43 % d’un équipement pour les sourds et malentendants ; 23 % proposant des films avec sous-titrage (ST-SME), dans la très large majorité des cas sur l’écran, les autres, un sous-titrage individuel sur smartphone. 

L’enjeu de cette nouvelle enquête sera, cette fois, d’identifier précisément les différents dispositifs et technologies et surtout leur utilisation. En effet, même si les cinémas sont équipés, le maintien en état des dispositifs et la formation du personnel restent une problématique incontournable et soulève des inquiétudes. 

Encore en amont du parcours spectateur, l’accès aux informations, à la programmation et aux séances est encore davantage une problématique. La question de l’accessibilité des différents sites internet, des applications mobiles, de la réservation en ligne ainsi que de l’aiguillage vers les séances adaptées aux différents types de handicaps sera aussi au centre des travaux.

Outre l’enjeu du retour en salle des personnes porteuses de handicap, représentant 15 % de la population, le CNC entend bien mener avec les professionnels une action globale. Pour exemple, le projet Les Uns et les autres est doté d’une enveloppe de 250 000 € afin de soutenir leur insertion professionnelle dans la filière. La sensibilisation du grand public reste aussi indispensable à toutes ces actions, à commencer par les écoles et les universités qui forment aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel.

Les News