Le cinéma de la Ferme du Buisson se réinvente à Noisiel

La ferme du Buisson rouvre ses deux salles à Noisiel. ©Tanguy Colon

Plus grand, plus accueillant, plus diversifié : le cinéma de la commune de Seine-et-Marne rouvre ce samedi après une transformation qui aura duré plus de cinq ans.

L’attente touche à sa fin pour les spectateurs de Noisiel et des environs. Voilà six ans qu’ils n’avaient plus foulé le sol du cinéma de La Ferme du Buisson, espace pluridisciplinaire composé notamment d’un théâtre et d’un centre d’art. Doté de deux salles de 222 et 147 places, le cinéma avait baissé le rideau fin 2013 pour entamer une restructuration d’ampleur. « Le hall minuscule empêchait de travailler la convivialité, le site n’était pas aux normes PMR et depuis la grande salle, on entendait toutes les animations du restaurant voisin », explique le directeur Dominique Toulat. La communauté d’agglomération Paris – Vallée de la Marne souhaitant moderniser le centre culturel annexe, les deux projets sont rassemblés et les travaux débutent en janvier 2014. D’une durée initiale de seize mois, le chantier aura duré plus de cinq ans (quatre pour le centre qui a ouvert en 2018), la faute à des sols instables et à la faillite de certaines entreprises.

Le hall plus grand permettra de travailler la convivialité. ©Tanguy Colon

« Un cinéma doit aujourd’hui se penser comme un lieu foisonnant, convivial, ludique, même pour des œuvres plus pointues. »

Ce samedi 30 novembre, le cinéma rouvre dans une configuration plus étendue. Dans l’ancienne grande salle a été aménagé le nouveau hall et une salle de 125 places, tandis que l’extension abrite une salle de 261 sièges, doté d’un écran de 13 mètres de base, « l’un des plus grands du département ». Équipées en numérique et 35 mm, les deux salles possèdent également un système de sous-titres, renforcement sonore et audiodescription. Deux espaces accessibles gratuitement ont été agencés dans l’étage recouvrant le hall et la petite salle. D’un côté, un atelier doté d’ordinateurs, de logiciels de montage et de matériel de tournage sera mis à la disposition de jeunes réalisateurs ou étudiants ; de l’autre, le salon des bonus permettra, via des bornes de visionnage, de découvrir des vidéos dérivées de la programmation du site. « Un cinéma doit aujourd’hui se penser comme un lieu foisonnant, convivial, ludique, même pour des œuvres plus pointues. Pour se distinguer, il faut travailler l’expérience du spectateur et rendre le lieu attractif, en créant notamment un cercle vertueux entre ces différents espaces », précise Dominique Toulat.

Le salon des bonus. ©La ferme du Buisson

Le directeur et son équipe savourent la réouverture du cinéma, qui leur permet de renouer avec une programmation plus ambitieuse. Depuis la fermeture du site fin 2013, les séances se déroulaient dans le grand théâtre, en alternance avec les spectacles. Désormais, de l’animation au documentaire, en passant par le patrimoine et les films étudiants, la Ferme entend faire honneur à la richesse du cinéma, avec une attention particulière portée à la parité (voir Boxoffice Pro n°379). Et conserver son classement art et essai et ses trois labels, elle qui est également membre du réseau Europa Cinémas. Avec cette réouverture, Dominique Toulat vise 65 000 entrées annuelles, contre 62 000 avant la fermeture, puis 42 000 avec la salle de théâtre.

Les News