Deux cinémas autorisés et un refusé par la CNACi

Projection Première Cinémas de Frontignan, vue de face
Projection Première Cinémas de Frontignan, vue de face, dans les anciens chais de la ville © Grima & Loussouarn Architectes

La commission nationale d’aménagement cinématographique statuait ce vendredi 13 décembre sur trois dossiers.

Le projet Première Cinémas de Frontignan dans l’Hérault a été validé à l’unanimité par la commission nationale. Porté par Charles Vintrou (directeur général du GPCI), Priscilla Schneider (directrice du CinéMistral de Frontignan) et Reginald de Guillebon (holding Hildegarde), il passait pour la deuxième fois devant la CNACi. Il avait déjà été présenté en mai dernier et refusé sous la forme d’un complexe de six salles et 744 places, en même temps que le projet de Véo Cinémas dans la commune voisine de Balaruc-les-Bains (huit salles et 1 082 places). Les demandeurs avaient alors été invités à revoir leurs projets respectifs. Calibré à quatres salles et 595 fauteuils, il avait alors obtenu une seconde autorisation tacite de la CDACi de l’Hérault fin septembre. Le complexe Première Cinémas de Frontignan est destiné à remplacer l’actuel mono-écran CinéMistral de 152 places.

©Gilles Imbert Architecte

De son côté, Cinéville a vu son projet à Beaupréau-en-Mauges être validé par la commission. Autorisé en CDACi mi-juillet, le dossier avait ensuite fait l’objet de recours, notamment du Cinémovida de Cholet, distant d’une vingtaine de kilomètres. Dans la commune du Maine-et-Loire, le groupe breton entend ouvrir fin 2020 un cinéma de 5 salles et 725 places pour un budget estimé à 4 millions d’euros. « La commune nouvelle de Beaupréau-en-Mauges compte 23 000 habitants mais le cinéma Jeanne-d’Arc enregistre 12 000 entrées, ce qui ne correspond pas à un indice classique », nous expliquait Yves Sutter, PDG de Cinéville (voir Boxoffice n°368). Le nouveau site, étalé sur 3 000 m², ambitionne les 140 000 entrées annuelles.

©Megarama

En revanche, la CNACi a refusé le projet d’extension du Megarama de Chambly ; il avait fait l’objet de recours du Palace de Beaumont-sur-Oise, du Domino de Méru, du Conti de L’Isle-Adam, de l’Élysée de Chantilly et d’Écrans VO (association des salles du Val-d’Oise) après avoir été retoqué en CDACi en août. Le multiplexe composé de 7 salles et 1 314 fauteuils souhaitait se doter de quatre écrans et 322 sièges supplémentaires, soit la configuration visée initialement par le groupe de Jean-Pierre Lemoine et la mairie de Chambly au début des années 2010. Mais à l’époque, le projet avait été retoqué en CDACi, obligeant le circuit à revoir à la baisse son projet. Le cinéma de sept salles avait finalement été avalisé en 2011 et inauguré en octobre 2015. Il avait réalisé 282 628 entrées en 2018.

Les News