Cineworld dépose le bilan aux États-Unis

©Regal

Le 2e circuit d’exploitation mondial a déclaré ce jour se placer en faillite volontaire aux États-Unis, peinant à absorber sa dette.

Comme il l’avait annoncé le 22 août, le groupe a donc décidé de se mettre sous protection du chapitre 11 aux Etats-Unis, procédure permettant aux entreprises de rester en activité et de restructurer leur dette. Celle-ci concerne les activités de Cineworld aux États-Unis, au Royaume-Uni et à Jersey. Le groupe britannique n’avait pas réussi à absorber sa dette accumulée depuis plusieurs années et notamment lors du rachat du groupe Regal en 2017 pour 3,6 Mds $. Bien sûr, ses difficultés financières sont imputables à la pandémie et au lent redémarrage des entrées. Ses dettes s’élevaient fin 2021 à 8,9 Mds $, sa valeur en bourse étant évaluée à 62 M$.

Cineworld a ainsi obtenu des garanties auprès de ses banques historiques d’une facilité de financement temporaire d’environ 1,94 milliard de dollars, qui favorisera la continuité de l’exploitation pendant cette phase de restructuration. Mooky Greidinger, CEO de Cineworld, a déclaré : « La pandémie a été une période incroyablement difficile. Ce dernier processus fait partie de nos efforts continus pour renforcer notre situation financière et vise un désendettement qui créera une structure de capital plus résiliente et une entreprise plus performante. » Cineworld anticipe sa sortie du chapitre 11 pour le premier trimestre 2023. Le propriétaire des cinémas Regal a averti à plusieurs reprises que toute opération de désendettement entraînerait une dilution très importante des participations existantes.

Adam Aron, le CEO d’AMC a immédiatement réagi sur twitter : « AMC est dans une situation très, très différente – parce que les investisseurs particuliers nous ont soutenus et nous ont permis de lever des sommes considérables. Merci aux investisseurs individuels ! Vous avez vraiment sauvé AMC. »

Les News