Cinéma Confluences dans l’attente à Bar-le-Duc

©Cédric Aubry

Cédric Aubry a achevé en fin d’année dernière le chantier de son nouveau complexe dans la préfecture de la Meuse, qui prend la suite du Colisée, établissement historique du centre-ville qui a baissé le rideau.

Tous les feux étaient au vert mi-décembre pour l’ouverture du complexe de cinq écrans. Enfin, presque tous…celui de l’autorisation gouvernementale de réouverture des salles étant malheureusement resté rouge. Depuis, le prolongement de cette fermeture n’a cessé de faire grandir l’impatience du public barisien, curieux de découvrir le nouveau cinéma. 

Un établissement somme toute dans la droite lignée du réseau Confluences de Cédric Aubry depuis la création du site de Mennecy, en 2017, à celui de Sablé-sur-Sarthe, en septembre 2020, et dont la conception a une nouvelle fois été confiée à l’architecte Véronique Kirchner, pour un budget de 3,6 millions d’euros. De plain-pied, il dévoile un vaste hall, avec un comptoir confiserie, un coin café et une triple caisse, ainsi qu’un ancien projecteur, fièrement exposé. Viennent ensuite les différentes salles, d’une capacité de 70 à 260 fauteuils – pour un total de 763 places –, et équipées d’écrans d’une dizaine de mètres de base et d’un son 7.1. Particularité : le cinéma de Bar-le-Duc est le premier du réseau Confluences à disposer d’une salle Dolby Atmos. 

« Il y a une vraie appétence pour l’art et essai »

La programmation, orchestrée par Pascal Lamorinière, responsable de celle du réseau, devra répondre « à l’appétence du public pour le cinéma art et essai », glisse Cédric Aubry, qui entend conserver le classement décroché par l’ancien Colisée, ainsi qu’un ou deux labels. « L’accent sera également mis sur le jeune public. » Avec une implantation dans un éco-quartier, l’exploitant souhaite créer une nouvelle dynamique de fréquentation : « Nous travaillons à la création d’une association pour la défense du cinéma, avec l’idée de fédérer un noyau de cinéphiles autour d’actions mensuelles. Il y a ici un vrai potentiel, avec un superbe théâtre, actuellement en travaux. Bar-le-Duc est une ville de culture. »

Avec ses cinq salles, acquises en 2017 auprès d’Eric Langrand (exploitant du Caroussel à Verdun), Le Colisée réalisait quelque 105 000 entrées annuelles. Pour le nouveau cinéma, Cédric Aubry vise les 150 000, voire 180 000 entrées annuelles.

Dans le hall, trône fièrement le projecteur 35 mm. ©Cédric Aubry