Ad Vitam date ses prochains films

Profession du père ©Ad Vitam

[Mis à jour] La société d’Alexandra Henochsberg sortira six titres jusqu’à la fin de l’été et précise son calendrier pour la fin d’année.

Il faudra attendre le 2 juin pour retrouver le logo Ad Vitam sur un écran de cinéma, devant Des hommes de Lucas Belvaux. Réunissant Gérard Depardieu, Catherine Frot et Jean-Pierre Darroussin, ce drame historique suit d’anciens soldats de l’armée dont certains moments du quotidien vont réveiller les démons des « événements » qui se sont déroulés en Algérie en 1960. Le 30 juin, suivra Sous le ciel d’Alice de Chloé Mazlo, avec Alba Rohrwacher et Wajdi Mouawad. Anciennement daté pour fin avril, le film sélectionné par la Semaine de la Critique Cannes 2020, met en scène un jeune couple dans le Liban des années 1950, dans une tonalité et une forme très surprenantes.

Le 28 juillet, Ad Vitam proposera le nouveau long de Jean-Pierre Améris, Profession du père. Porté par Benoît Poelvoorde, Audrey Dana et Jules Lefèbvre, ce drame suit un jeune adolescent de 12 ans dans les années 1960, qui idolâtre son père et ses multiples professions. Désormais conseiller personnel du Général de Gaulle, son père lui confie des missions dangereuses pour sauver l’Algérie. Le 11 août, sortira Rouge de Farid Bentoumi, avec Zita Hanrot, Sami Bouajila, Céline Sallette et Olivier Gourmet. Où Nour, jeune employée d’une usine chimique, va découvrir que l’entreprise n’est pas toute rose dans sa gestion des déchets. Face au scandale qui se profile, Nour doit faire un choix : trahir son père, pilier de l’usine, ou dévoiler la vérité.

Ad Vitam accompagnera la fin des vacances avec La Terre des hommes le 25 août, qui était dernièrement calé fin mars. Labellisé Semaine de la Critique Cannes 2020, ce drame signé Naël Marandin, avec Diane Rouxel, Finnegan Oldfield et Jalil Lespert, suit une fille d’agriculteur qui se bat pour maintenir l’exploitation familiale face à la puissance et au patriarcat des grands exploitants et aux alliances douteuses. Enfin, annoncé pour le 15 septembre, Eugénie Grandet de Marc Dugain s’affichera finalement sur les écrans une semaine plus tard, le 22. Inspiré du roman d’Honoré de Balzac, le film réunit Joséphine Japy, Olivier Gourmet et Valérie Bonneton.

La terre des hommes ©Ad Vitam

Entre septembre et janvier, le distributeur sortira six autres titres. À commencer, le 8 septembre, par Haut et fort de Nabil Ayouch, avec Anas Basbousi, Ismail Adouab, Meryem Nekkach et Nouhaila Arif. Le 6 octobre, sortira L’Homme de la cave de Philippe Le Guay, avec François Cluzet, Jérémie Renier et Bérénice Bejo ; le 10 novembre, suivra Lingui de Mahamat-Saleh Haroun, avec Achouackh Abakar Souleymane, Rihane Khalil Alio et Youssouf Djaoro ; le 8 décembre s’affichera Nobody Has To Know de Bouli Lanners et Tim Mielants, avec Michelle Fairley, Bouli Lanners et Clovis Cornillac ; le 22 décembre, sortira La Croisade de et avec Louis Garrel, Laetitia Casta et Joseph Engel ; enfin, le 5 janvier 2022, suivra Une jeune fille qui va bien, premier long de Sandrine Kiberlain, avec Rebecca Marder, André Marcon, Anthony Bajon et Françoise Widhoff.