Olivier Aubry : « Les aides régionales ont répondu présentes, avec plus ou moins de générosité. »

Olivier Aubry lors du Congrès de Deauville 2019

INTERVIEW – Top départ des réunions de branche ce matin au Congrès de la FNCF, sous la supervision de leurs présidents respectifs auxquels Boxoffice Pro a adressé trois questions. Parole au président de la commission petite exploitation, Olivier Aubry. 

Au-delà de la situation générale, quel bilan de la reprise dressez-vous pour votre branche en particulier et comment s’est-elle adaptée à la mise en place du passe sanitaire ? 
Après quatre mois de réouverture, le bilan est en demi-teinte. Avec d’un côté, des sites où le passe sanitaire est très bien accepté – et ce sans difficulté de mise en place – de l’autre, des salles confrontées à des incivilités ou à un manque de main d’œuvre pour le contrôle. 
On peut dire que l’activité a été compliquée à relancer au 19 mai et que la Fête du Cinéma a permis un excellent retour de fréquentation au début de l’été. Un regain de public essentiellement jeune jusqu’au coup d’arrêt du 21 juillet… De manière générale, les cinémas ont su s’adapter et les spectateurs étaient contents de revenir. 

Dans quel état économique se trouvent les salles de votre branche ? Quelles sont les mesures les plus attendues ? 
Nous tenons à remercier le CNC et le gouvernement d’avoir pu nous soutenir par le biais des aides. Si aucune situation n’est confortable, certains cinémas vont mieux que d’autres. La situation reste toujours critique pour les structures privées et associatives, dont certaines ont dû recourir à des PGE qui représentent de lourds endettements. Et l’inquiétude est toujours forte pour les nouvelles salles ouvertes en 2020. 
Les aides régionales ont bien répondu présentes, avec quelques disparités et plus on moins de générosité, aucune salle ne se voyant retirer sa subvention du début d’année. Mais nous sollicitons urgemment des mesures économiques et principalement l’aide annoncée par Bruno Le Maire. 

Quels sont vos chantiers sur le moyen et long terme ? 
Sur le court terme, nous espérons une relance prospère de notre activité avec des projets de nouveaux investissements, de remplacement de matériel en salles et en cabines (projecteurs et son). 
Quant aux dispositifs scolaires, bloqués depuis un an et demi et de nouveau à l’ordre du jour du prochain Congrès, nous avons hâte de les retrouver. L’officialisation du projet « maternelles » serait la bienvenue et, plus encore qu’un dispositif d’« éducation à l’image » l’idée tend vers une « éducation auX cinémaS ». 

À lire aussi : Entretien avec Richard Patry, président de la FNCF

Les News